Dans cet article, nous parlerons de la composition, l’un des aspects les plus importants dans la création de portrait de qualité.

Composition Pour Créer Des Portraits
  • Ya-t-il des règles à suivre pour cadrer un portrait ?
  • Puis-je laisser une main, un doigt ou une partie de la tête hors du cadre ?
  • Doit-il absolument avoir un visage dans mon portrait ?

Je répondrais à ces questions que mes élèves se posent très souvent. J’aimerai avant tout rappeler que, comme dans tout art, ici il n’y a ni règles, ni obligation, vous pouvez faire tout ce que vous voulez, tant que ça vous réussit.

Je vais donc partager avec vous, les techniques qui fonctionnent pour moi, et j’espère quelle fonctionneront pour vous.

Qu'est-ce qu'un bon portrait ?

Un bon portrait est une image d’une personne qui parvient à raconter une histoire. Un bon portrait suscite des émotions. Un bon portrait nous dit quelque chose sur la personne représentée, et la composition est un élément clé dans la création de portraits narratifs .

Comment composer un portrait de façon à raconter une histoire ?

Une bonne composition est la résultante de la rencontre entre la scène telle qu’elle se présente et  de la scène telle que nous voudrions la raconté. C’est la rencontre entre le réel et l’imaginaire.

Voici quelques exemples de portraits que j’ai réalisés récemment (en utilisant uniquement la lumière naturelle) accompagnés des explications sur la composition.

Comme le disait Ansel Adams, n’oubliez pas que chaque image a deux personnes derrière elle : le photographe et le spectateur. Il se peut donc que, face aux images que j’ai créées, vous ne ressentiez pas les mêmes émotions que moi. Mais ce n’est pas grave, car la photographie est à la fois un art et une science.

Déterminer quelle proportion de l'arrière-plan inclure dans le portrait

comment_utiliser_la_composition

J’ai rencontré ce garçon qui coupe du paprika dans la campagne cambodgienne. C’était les vacances d’été et il était là avec sa famille et d’autres villageois. Que nous raconte, en une ligne, cette image ? « Petit garçon, travail immense. »

J’ai tout de suite su deux choses : premièrement, le contexte est un élément important et deuxièmement, je voulais capturer le garçon seul entrain de travailler.

J’ai donc commencé par l’arrière-plan et j’ai décidé de prendre une vue de haut afin de capturer cette « montagne » de paprika. Il était important pour moi de montrer entièrement le corps du garçon tout en laissant un espace au-dessus de sa tête afin que le spectateur puisse comparé (vous vous souvenez de mon récit en une ligne ?) la taille du garçon et la taille de l’ouvrage.

J’ai même inclus ce panier dans la composition pour donner de l’équilibre à l’ensemble du cadre. Après avoir monté ma composition, j’ai patienté environ 20 minutes pour capturer le garçon qui regardait vers le haut. Je savais que s’il gardait la tête et les yeux baissés, toute l’histoire s’effondrerait. Je pense que l’attente valait la peine.

Pour moi, c’est l’une des décisions les plus complexes de la photographie, décider de l’histoire que vous désirez raconter et de combien de temps vous êtes prêt à attendre pour que l’histoire se concrétise.

histoire_enfant

J’ai utilisé la même technique ici au Kirghizistan, pour cette photo d’Aytinger, six ans, que j’ai réalisée pour le magazine National Geographic Traveler. Récit visuel en une ligne, « Petit garçon, grand monde ».

Ici, on note une forte prédominance de l’arrière-plan par rapport à l’image précédente.  Le garçon a l’air minuscule par rapport à la vaste étendue de terre.

Imaginez tout ce que j’aurais perdu si je m’étais contenté de cadrer juste le visage du petit garçon. Son visage à lui seul ne saurait raconter l’histoire que je voulais partager.

Il était donc important pour moi d’inclure » le chemin et le gros nuage à l’horizon, pour donner à l’image un aspect « épique ».

moine_recit

Ici, vous pouvez voir un autre type de cadrage de portrait. Récit visuel en une ligne – « Calme, paisible, jeunesse ».

Ici j’ai voulu évoquer la paix et l’harmonie. Je me suis donc concentré uniquement sur le visage de ce jeune moine, et je n’ai pratiquement pas inclus d’arrière-plan, afin d’éviter toute interférence de l’environnement. Notez également comment la composition centrale (le sujet est au centre du cadre) est positionnée entre les deux barres orange sur les côtés.

J’ai utilisé la lumière naturelle douce (provenant du côté droit du cadre) pour créer un sentiment de pureté

Cadrez serré

viellard_récit

C’est le plan de cadrage sur lequel mes étudiants me posent le plus de questions : est-il permis de couper une partie de la tête comme cela ? Bien sûr, tant que cela aide à traduire l’histoire que vous désirez raconter. Récit visuel en une ligne, « Un triste reflet ».

La femme d’Apollo est morte peu de temps avant que je le rencontre dans les collines du nord du Laos. Dans l’image, le visage d’Apollo traduit le sentiment que des changements profonds sont entrain de s’opérer dans son monde.

vieux_récit

En cadrant son visage sur la droite, alors qu’il regardait en bas et à droite, je voulais créer un sentiment de « déséquilibre ». Comparez la très faible luminosité (avec une compensation d’exposition négative) de cette image à celle du moine qui l’a précédée. J’ai utilisé la partie sombre de sa maison pour évoquer ce récit.

Laisser de l'espace

Quand j’ai vu les yeux de cet homme, le plus vieil homme assis à l’arrière d’un salon de thé dans la lointaine Chine occidentale, j’ai su que je n’avais besoin de rien d’autre que de ses yeux bleus. J’en ai donc fait l’élément   dominant de ma composition.

récit_solitude

Vous vous demandez peut-être si c’est aussi un portrait ? Eh bien, oui, pour deux raisons : premièrement, voyez-vous une personne, et deuxièmement, avez-vous le sentiment que l’image vous raconte une histoire ?

Quel est le récit visuel ? C’était un après-midi particulièrement chaud. Des dizaines de fidèles avaient quitté la mosquée. Je me suis arrêté un moment, pour changer d’objectif, lorsque j’ai remarqué ce type.

Il semblait ne pas être  affecté par l’agitation qui l’entourait. Il est resté seul, à lire le livre de prières. Au début, ma première intention était  « wow, quelle solitude ». Mais ensuite, j’ai pensé « wow, quelle force ».

J’ai utilisé les espaces vides pour renforcer le sentiment de solitude, mais la composition équilibrée ; « par les règles » (règle des tiers) devrait donner le sentiment de pouvoir que je recherchais.

La raison pour laquelle j’ai choisi d’utiliser une compensation d’exposition négative et de créer ainsi une silhouette était de ne pas concurrencer la couleur rouge en arrière-plan et de lui donner un sentiment d’harmonie.

En resumé

Vous vous dites peut-être : « D’accord, je saisie l’idée. Mais honnêtement, y pensez-vous vraiment avant ou seulement après ? ».

Eh bien, je crois qu’un bon portrait photographique est le résultat d’une idée. Dois-je ajouter l’arrière-plan ou non ? Dois-je recadrer la tête ou la laisser pleine ?

Parfois, en réfléchissant trop, le sujet peut perdre patience. Cela m’est arrivé plus d’une fois. Mais pour moi, avoir le temps de réfléchir, de planifier et de raconter l’histoire que je souhaite fait partie du plaisir.