À l’époque de la pellicule, il fallait charger un film de 24 ou 36 poses qu’il fallait faire tourner jusqu’à ce que toutes les poses soient épuisées.

Chaque image était précieuse, car une fois que la pellicule était finie, on ne pouvait plus rien faire. Le numérique a levé cette contrainte, mais en créant d’autres problèmes. Alors, faut-il supprimer des photos et, si oui, quand faut-il s’arrêter ?

Si vous avez utilisé les films à l’époque, vous vous souvenez certainement de ce que c’était que de transporter une pellicule et de photographier avec intention, sachant que chaque clic de l’obturateur vous coûtait de l’argent.

Chaque image était précieuse, car elle coutait chère. Il fallait non seulement investir de l’argent dans l’achat de la pellicule, mais aussi dans son développement et son impression.

Mais il fallait également investir beaucoup de temps, car il fallait attendre que les images soient développées avant de pouvoir commencer à les réaliser.

Une bonne technique était essentielle car vous ne pouviez vérifier vos images que bien après l’événement.

Alors, combien d’images de film avez-vous ? Depuis l’époque où je photographiais dans les années 1990, je dispose d’environ 1 000 positifs et de quelque 4 000 négatifs.

Bien que ce soit un nombre relativement faible, il a fallu un temps considérable pour les numériser dans des archives numériques.

Ceux qui ont travaillé plus longtemps avec le film dispose d’archives beaucoup plus importantes. Le célèbre photographe Garry Winogrand était adepte de la prise de vue quasi continue.

À sa mort, à l’âge de 56 ans, il a laissé quelque 2 500 bobines de film non développées, 6 500 bobines développées mais non éprouvées et seulement 3 000 bobines environ transformées en planches contact.

Selon certaines estimations, il a laissé environ 300 000 images non montées ! Elles côtoient les archives Garry Winogrand du Center for Creative Photography, qui comprennent plus de 20 000 tirages, 20 000 planches contact, 100 000 négatifs et 30 000 positifs.

Un demi-million d’images semble être la norme pour les photographes prolifiques, ce qui est peut-être remarquable chez Garry Winogrand, c’est que chacune de ces images inachevées sera passée au crible afin d’en apprendre le plus possible sur l’homme.

Chaque image était donc précieuse non seulement du point de vue du photographe, mais aussi de celui de ceux qui regardaient ses images après sa mort.

L'arrivée du numérique

L’avènement de la photographie numérique a tout changé ; cependant les raisons de ce changement sont bien plus nombreuses que ce qu’on pourrait imaginer de prime abord.

Passons-les en revue une à une. Premièrement, les appareils photo numériques offrent une capacité de stockage illimitée, bien que l’analogie avec les pellicules se limite peut-être à l’équivalence entre le film et la carte mémoire.

Au début du numérique, la capacité de stockage était loin d’être illimitée et le principal argument de vente était l’accès immédiat aux fichiers numériques. Cependant, le caractère illimité des cartes mémoire dépend grande de votre approche.

Si vous photographiez en JPEG de résolution moyenne, il est peu probable que vous puissiez remplir une carte. Même si une carte mémoire contient beaucoup plus d’images qu’un rouleau de film.

Le second argument est une caractéristique qu’on a tendance à prendre pour acquise, à savoir la possibilité de visualiser les images. Ainsi, on peut être sûre de ne conserver que les bonnes images.

Je lisais la remarquable anthologie de Greg Heisler intitulée « 50 Portraits », et la toute dernière image (tournée sur pellicule) est celle de Julia Roberts.

La configuration de l’éclairage était remarquable vue la façon dont elle reproduit la lumière de la plage, mais ce qui ressort, c’est qu’il avait manqué la mise au point. Ainsi allaient les aléas de la pellicule…

Troisièmement, il existait autrefois une différence nette entre les pellicules pour photos et celles dédiées à la prise de vue en continue.

Une technique avancée d’enroulement manuel pouvait vous permettre d’obtenir une ou deux images par seconde, mais c’était une technique éprouvante, encore plus si vous essayez de faire la mise au point.

Puis les évolutions techniques dans les années 1970 ont permis d’avoir une cadence de prise de vue plus rapide. Mon Nikon F100 de 1999 atteignait 4,5 images par seconde, bien loin des 24 images par seconde utilisées dans les films.

Le numérique a littéralement fait voler en éclats cet appareil, le Sony A1 était capable de prendre jusqu’à 155 images Raw compressées plein format ou 165 images JPEG plein format à 30 ips.

Lorsque l’on se situe dans la zone grise entre la photo et la vidéo, les choses deviennent plus intéressantes. Le RX100 de Sony peut prendre de courtes rafales en JPEG pleine résolution à 90 ips, ainsi qu’à une résolution plus faible de 1 000 ips.

Quatrièmement, Panasonic a fait un grand pas dans la vidéo 4K basée sur l’extraction d’images individuelles.

Cette technique est extrêmement efficace compte tenu de l’augmentation de la résolution qu’offre la 4K ; toutefois, Panasonic a mis en place un écosystème de modes de prise de vue pour faciliter cette opération.

pumix

La conséquence de toutes ces évolutions est qu’aujourd’hui nous accumulons des photos à un rythme effréné, et ça c’est sans tenir compte du secteur des smartphones. À l’époque de la pellicule, un photographe de mariage pouvait prendre plusieurs centaines d’images ; je sais que j’en prends régulièrement 2 000, et le photographe néerlandais primé Damon Pijlman en prend 10 000. Le ciel est vraiment la limite.

Il peut sembler étrange de penser que si les appareils photo numériques ont ouvert les vannes de la création photographique, soutenues par d’énormes cartes mémoire, ils ont créé un autre problème, à savoir leur stockage et leur archivage.

En fait, la plupart des photographes utilisateurs de numériques, auront une politique de conservation des données qui les conduits à effacer les images après un certain temps.

Suppression de photos

Tout cela nous conduit à la suppression des photos. On peut partir d’un point de départ qui à l’évidence est improbables à savoir celui de ne pas prendre de photos du tout.

Évidemment, vous pouvez choisir de prendre moins de photos. L’étape suivante est la sélection dans l’appareil photo, qui permet d’éliminer rapidement les photos ratées.

Cependant, il est important de ne pas être trop zélé et de ne pas supprimer involontairement des images qui auraient pu vous être utiles.

Le moyen le plus efficace de supprimer des images est peut-être de les importer dans votre logiciel de marquage et d’archivage.

Photo Mechanic est l’outil de prédilection de nombreux photographes, mais Lightroom est parfaitement capable de le faire. En bref, ne laissez pas les images sur votre PC si elles ne sont pas assez bonnes.

Une fois vos images importées, il est courant de commencer à les classer, et c’est à ce stade que vous pouvez décider qu’elles ne sont pas à la hauteur.

Malheureusement, ces solutions théoriques ne font que souligner l’ampleur du problème : nous prenons beaucoup trop de photos et nous n’avons pas de solution de stockage et d’archivage efficace.

Comme je l’ai indiqué plus haut, le problème est si aigu dans certains secteurs (comme la photographie de mariage) qu’on est obligé de tout simplement supprimer les images après la date limite.

Le client peut être ou ne pas être joignable et, rétrospectivement, il peut vouloir une plus grande sélection d’images.

Cela souligne le fait que nous ne connaissons pas l’utilité ou la valeur des images après leur création, d’où l’importance de conserver des archives.

Pour nos photos personnelles, nous ferons plus attention, mais cela ne rend pas l’élimination de celles-ci plus facile.

J’ai tendance à privilégier la conservation, en supprimant les images répétitives ou médiocres, le terme « médiocre » désignant une image floue ou mal composée.

Cependant, ça ne veut pas dire qu’il ne m’arrive pas de regretter certaines images supprimées. Où est la limite pour la suppression de photos ?

Vous aimerez aussi ...