“Une ouverture de diaphragme de 1 ou 2 “. Voilà qui résume bien les avantages d’un téléobjectif Lumineux. La différence entre un f/4 et un f/2,8 peut se traduire par une différence de prix allant de 3000 à 13000 euros.

Est-ce-que celà en vaut vraiment la peine pour la photographie animalière ? j’essaierai de répondre à cette question dans la suite de l’article.

objectif lumineux1

1. Prolonger la séance photo

Vous photographiez des oiseaux dans une forêt tropicale où il n’y a pas beaucoup de lumière le jour, et encore moins la nuit. Le soleil descend à l’horizon et vous commencez à ranger votre matériel. Après tout, une pose longue est hors de question compte tenu de votre cible, en plus l’ISO est déjà au-dessus de dix mille. Bien sûr, vous avez maximisé l’ouverture à f/5.6 depuis longtemps.

Mais votre voisin regarde toujours autour de lui, et on dirait qu’il est en train de prendre une photo. Alors que vous avez déjà poussé jusqu’à 12 800 ISO, son appareil photo affiche à peine 3200 ISO ! Vous vous rendez compte que c’est la différence entre une ouverture maximale de f/5.6 et une de f/2.8.

objectif lumineux2

Cette histoire n’est évidemment qu’un cas extrême, mais ça  m’est déjà arrivé de nombreuses fois. C’est aux limites de la lumière du jour qu’on commence vraiment à percevoir l’importance de ces “f-stop ou deux”.

D’autres part, une ouverture maximale de f/4 ou f/5.6 peut être largement suffisante lorsque les conditions de prise de vue ne sont pas aussi drastiques que celles décrites ci-dessus.

Même au lever ou au coucher du soleil, il est encore possible de prendre des photos avec une ouverture plus étroite, à condition de se trouver dans un espace ouvert plutôt que dans une forêt.

Peut-être qu’au lieu d’opter pour l’une ou l’autre extrême – par exemple, choisir entre un objectif 300 mm f/2.8 ou un zoom 200-500 mm f/5.6 – vous pourriez opter pour un compromis, comme un 300 mm f/4.

objectif lumineux3

2. Fiabilité de l'autofocus

Vous êtes assis sur le canapé, en train de lire un livre, lorsque vous réalisez soudain que vous ne parvenez plus à distinguer les lettres, car la nuit tombe.

Naturellement, vous allumez la lumière, mais il est difficile de le faire à l’extérieur lorsque vous photographiez des animaux sauvages.

Même un flash ne pourra pas aider le module de mise au point de l’appareil photo, qui se base sur la lumière ambiante pour faire la mise au point sur un animal qui se déplace rapidement.

Les téléobjectifs lumineux offrent un avantage en termes de vitesse de mise au point et de fiabilité par rapport à leurs homologues. Cependant, ce n’est pas parce qu’un téléobjectif offre une ouverture plus petite que la vitesse de mise au point est nécessairement mauvaise.

Par exemple, la mise au point du Nikon 200-500 mm f/5.6 est assez lente, par contre le Nikon 500 mm f/5.6 PF est tout aussi rapide qu’un téléobjectif exotique… c’est-à-dire lorsqu’il y a suffisamment de lumière.

On ne peut pas lutter contre la nature. Lorsque la lumière devient plus rare, un objectif f/2.8 continuera à alimenter le système de mise au point en photons, alors qu’un objectif f/5.6 aura du mal.

Donc, si la fiabilité de l’autofocus vous préoccupe, réfléchissez aux conditions dans lesquelles vous prenez vos photos d’animaux sauvages.

Votre sujet se déplace-t-il assez lentement ? Si c’est le cas, alors ça veut dire que vous pouvez vous passer de la plupart des téléobjectifs, y compris les optiques qui disposent d’une mise au point plus lente.

Dans le cas contraire, vous aurez besoin d’un objectif doté d’un processeur de mise au point plus rapide. Mais même dans ce cas, vous pouvez vous contenter d’un objectif f/5.6 ou f/6.3 si vous avez tendance à photographier dans des conditions plus lumineuses.

objectif lumineux4

3. Utilisez des téléconvertisseurs

Les téléconvertisseurs ne fonctionnent pas bien sur des  objectifs lents. Bien sûr, vous pouvez utiliser un téléconvertisseur 2x sur un objectif f/5.6 si vous le souhaitez, mais l’ouverture maximale sera alors de f/11, ce qui est suffisant pour nuire à tout système autofocus.

C’est particulièrement vrai pour les reflex numériques, dont les systèmes de détection de phase peuvent refuser d’effectuer la mise au point complète avec une ouverture aussi étroite.

Personnellement, je préfère les objectifs de f/4 ou plus lorsque je veux utiliser un téléconvertisseur 1,4x, et de f/2,8 ou plus pour un téléconvertisseur 2x.

Ça me permet de conserver une ouverture maximale raisonnable de f/5,6 dans les deux cas. Ce n’est pas une règle inflexible, et il m’arrive de pousser mes objectifs plus loin que cela.

Mais lorsque je le fais, je remarque que le système autofocus a du mal à fonctionner dans la plupart des cas.

Pour connaître l’effet d’un téléconvertisseur sur l’ouverture maximale, il suffit de multiplier l’ouverture maximale de l’objectif par le facteur du téléconvertisseur.

Avec un téléconvertisseur 1,4x, un objectif f/2,8 devient f/4 ; un objectif f/4 devient f/5,6 ; un objectif f/5,6 devient f/8 ; et ainsi de suite. Le calcul est plus facile avec un téléconvertisseur 2x, je laisse donc cet exercice au lecteur 🙂

objectif lumineux5

4. Performances optiques

C’est un peu un mythe de croire que les téléobjectifs à grande ouverture sont nécessairement meilleurs en termes de piqué. Dans la pratique, un bon objectif peut être conçu pour avoir une ouverture maximale de f/2,8, f/5,6,.

Ce qui est vrai, c’est que presque tous les téléobjectifs « bon marché » sont conçus avec des petites ouvertures maximales. Ne vous attendez donc pas à ce qu’un objectif No-Name 100-500mm f/6.3 soit à la hauteur d’un Nikon, Canon ou Sony 300mm f/2.8 en termes de piqué.

Mais de manière identique, si un fabricant d’objectifs voulait fabriquer un 300 mm f/5.6 de qualité et y injecter ses meilleures technologies, rien ne dit qu’il sera moins performant qu’un 300 mm f/2.8 dans la plage d’ouverture partagée.

En tant qu’ utilisateur de Nikon, je suis plus familier aux performances de Nikon, je vais donc donner quelques exemples tirés de mon expérience.

Des objectifs comme le Z 400 mm f/4.5, le 500 mm f/5.6 PF et le Z 800 mm f/6.3 ont tous des ouvertures quelque peu étroites, mais ils sont également extrêmement nets et offrent des performances comparables à celles d’un f/2.8 ou f/4.

En bref, jugez chaque objectif selon ses propres mérites. Il est vrai que la plupart des super-téléobjectifs exotiques f/2,8 et f/4 sont extrêmement nets, mais leurs homologues qui ont une ouverture plus étroite peuvent également devenir des optiques de très haute qualité.

Profondeur de champ et bokeh

5. Profondeur de champ et bokeh

‘un des principaux arguments de vente des objectifs lumineux est la profondeur de champ crémeuse et peu profonde qu’elle offre. Les photographes animaliers du monde entier ont tendance à l’adorer. Mais faut-il une ouverture de f/2.8 pour y parvenir ?

La vérité c’est qu’il m’arrive souvent de travailler délibérément avec des ouvertures plus petites comme f/4 ou f/5.6, même lorsque je possède un objectif f/2.8, parce que le flou d’arrière-plan est trop important à l’ouverture maximale ! En photographie animalière, il est facile d’obtenir une faible profondeur de champ.

objectif lumineux1

La plupart du temps, il ne s’agit pas seulement d’arrière-plans plus crémeux, mais aussi de séparer le sujet des distractions comme les branches d’arbres qui l’entourent.

Dans ces cas-là, je ne me soucie pas tant de l’arrière-plan que de la zone située juste devant et derrière mon sujet. Une grande ouverture permet de nettoyer la photo en transformant les branches en un flou pittoresque.

Donc, dans ce cas, il est préférable d’utiliser un objectif ayant une grande ouverture. Même s’il faut parfois la réduire un tout petit peu, comme je l’ai fait, vous avez au moins la possibilité de faire disparaître l’environnement. Ce n’est pas une alternative que vous aurez – du moins pas au même degré – avec une optique f/5.6 ou f/6.3.

6. Durabilité et prise en main

Tout comme les performances optiques, une attention particulière a toujours été portée à la qualité de fabrication des objectifs 300 mm f/2,8 et 400 mm f/2,8 par les constructeurs.

Mais ce n’est qu’un effet secondaire du fait que les fabricants d’appareils photo consacrent tous leurs efforts à ces objectifs.

Il n’y a aucune raison pour qu’un 400 mm f/4 ne puisse pas bénéficier de la même qualité de fabrication qu’un  400 mm f/2.8.

Parfois, les objectifs qui disposent d’une ouverture plus étroite sont aussi bien construits (ou du moins proches). Comme pour les performances optiques, c’est une caractéristique à évaluer au cas par cas.

Il en va de même pour la manipulation de l’objectif, notamment la disposition des boutons. Je suis un fan du bouton “rappel mémoire” que l’on trouve sur les objectifs haut de gamme, donc sur presque tous les téléobjectifs à f/2,8. Mais certains objectifs à ouverture plus étroite en sont également dotés, comme le Nikon 500mm f/5.6 PF.

Dans l’ensemble, la qualité de fabrication, la tropicalisation et la prise en main des téléobjectifs à grande ouverture seront meilleures que celles des objectifs disposant d’ouvertures plus étroites.

Mais c’est simplement parce que ces objectifs sont d’abord des objectifs haut de gamme et ont tendance à bénéficier des caractéristiques qui vont avec leur rang.

objectif lumineux6

7. Poids et prix

Nous entrons maintenant dans le vif du sujet ! En effet, vous vous demandez peut-être s’il y a des raisons de choisir un objectif ayant une ouverture plus étroite.

Dans la pratique, un objectif f/5.6 pèse généralement moins qu’un équivalent f/4, qui pèse encore moins qu’un équivalent f/2.8 ! De plus leurs prix suivent exactement la même logique.

Si vous disposez d’un budget, comme c’est le cas pour la plupart d’entre nous, un objectif de 3 000 € constitue déjà une dépense énorme. Dépenser 10 000 € de plus pour gagner un diaphragme de lumière en plus ne tient pas la route.

Même si vous ne disposez pas de budget (bravo !), vous serez peut-être plus heureux avec un objectif f/5.6, tout simplement en raison de son poids.

Après avoir utilisé un 400 mm f/2.8, j’ai toujours l’impression que mon dos a du mal à se redresser; Alors qu’avec mon 500 mm f/5.6 PF j’ai le sommeil léger comme une plume.

Souvent, lorsque je ne prévois pas de photographier en basse lumière dans la forêt, je choisis délibérément d’emporter un objectif léger à la place de la bête 400 mm f/2.8. Ça me permet d’être plus mobile et plus flexible pour essayer des compositions peu commodes.

Comme pour toute chose dans la vie, il faut faire des compromis, mais la plupart du temps les objectifs f/4 et f/5.6 offrent un meilleur équilibre que les f/2.8.

8. L'air professionnel

Oubliez tout ce que j’ai dit jusqu’à présent. Plus votre objectif est grand, plus vous serez respecté par les autres photographes. Il y a là quelque chose de primaire. Vous récolterez des regards admiratifs de la part des hommes et des femmes !

objectif lumineux6

Ok, ok. Ce n’est peut-être pas la chose la plus importante en matière de photographie. Mais j’espère que j’ai réussi un peu à détourner votre regard des considérations plus sérieuses.

Peut-être qu’au lieu de vous poser la question de savoir si vous avez vraiment besoin d’un téléobjectif lumineux, vous vous demandez plutôt où trouver l’argent pour en acheter un.J’ai bien peur de ne pas pouvoir vous aider sur ce point, car je suis déjà trop enfoncé dans ce puits.

Quoi qu’il en soit, je serais heureux que vous me laissiez un commentaire en dessous…

Vous aimerez aussi ...