Ce site contient des liens d'affiliation pour lesquels nous pourrions être rémunérés.On vous explique tout ici.

La macrophotographie se pratique plus volontiers en utilisant au maximum la lumière naturelle. Évidemment, dès que l’on approche du sujet et que le grandissement augmente, la lumière vient vite à manquer. Il faut alors recourir à un éclairage d’appoint tel le flash.

Une fois l’accessoire maîtrisé, il est facile d’obtenir de bonnes photos avec un sujet bien mis en valeur sur un arrière-plan harmonieux. Plus rien ne compte alors que l’idée de l’image que l’on souhaite obtenir.

Lorsqu’on photographie un sujet en restant à une certaine distance, tout est plus simple. La taille relative du sujet sur le support photographique par rapport à sa taille réelle (grandissement) reste assez faible pour se contenter de la lumière naturelle qui éclaire.

Même à l’ombre ou lorsque la lumière baisse, il est possible d’ouvrir le diaphragme tout en conservant une profondeur de champ suffisante pour assurer la netteté de tout le sujet.

Si la vitesse de la prise de vue moderne autorise des prouesses. Dans le pire des cas, poser l’appareil sur un trépied vient à bout des derniers photons.

Quand la lumière manque

macro-image-fleur

Si le grandissement augmente, la distance de prise de vue diminue et la profondeur de champ aussi. 

Ouvrir le diaphragme est déconseillé, car le sujet ne sera pas totalement net et le peu de lumière qui arrive encore sur le capteur n’est pas suffisant pour photographier dans de bonnes conditions. Il faut alors recourir à l’éclairage artificiel.

LIRE  La Photographie Culinaire : Le Guide Ultime Pour Débutant

La macro au flash est moins pratiquée de nos jours, car pour beaucoup, elle ne permet pas de retranscrire l’ambiance de la scène. On a tous en mémoire ces images au fond noir gracieux et à l’éclairage plat et sans relief.

Pourtant, la macro au flash a bien changé. Les nouvelles technologies permettent d’élaborer plus simplement un éclairage harmonieux du sujet et de son arrière-plan, à l’aide d’un simple flash ou de plusieurs unités savamment disposées.

Le flash à la rescousse

image-macro

L’apport de la mesure TTL de la puissance de l’éclair à la gestion de l’exposition au flash est évident : il n’y a rien à faire d’autre qu’appuyer sur le déclencheur.

La mesure est de plus en plus performante et on peut même gérer plusieurs flashes à distance par une liaison sans-fil (infrarouge ou radio). Mais elle peut être induite en erreur par la luminosité de l’arrière-plan et provoquer une surexposition du sujet.

Il faut alors recourir à la gestion manuelle de la puissance de l’éclair qui permet de s’affranchir du niveau de la lumière ambiante et d’assurer un éclairement constant et précis du sujet.

Comme pour la mesure automatique, ce réglage manuel peut se faire à distance depuis l’appareil photo ou alors de façon classique sur le flash lui-même.

La synchro haute vitesse est une autre grande avancée pour la photo au flash. Moyennant une baisse de la puissance du flash, elle permet d’outrepasser la synchro-X du boîtier et d’assure une exposition correcte de l’arrière-plan même par forte lumière.

Au soleil, il n’y a plus de risque de surexposition lorsque le diaphragme ouvert nécessite une vitesse élevée pour assurer une exposition correcte de la scène.

LIRE  10 questions à se poser avant de prendre une photo

Oui, mais quel flash ?

Le flash apporte de la souplesse sur le terrain. Il remplace à bon compte un réflecteur (ou un diffuseur) accessoire qu’il est difficile d’installer si l’on opère seul ou si la prise de vue se fait sur des petits sujets mobiles pour lesquels il faut agir vite.

En macro, il est possible d’utiliser tous les flashs ; le choix et le nombre n’ont de limites que votre imagination. Un flash intégré apporte déjà peu de lumière dans une scène ombragée. 

Le cobra utilisé en direct sur la griffe de l’appareil donne une image sans relief, mais s’il est utilisé déporté et diffusé, l’éclairage obtenu gagne en relief et en homogénéité.

Le flash annulaire tant décrié pour son éclairage disgracieux est le seul à pouvoir éclairer de près, de très près, sans être gêné par la présence de l’appareil. 

S’il est bien réglé, son éclair est quasi invisible, mais indispensable pour équilibrer les contrastes d’une image à l’éclairage difficile. Pensez à ajouter un flash pour l’arrière-plan.

Vous aimerez aussi ...