Ce site contient des liens d'affiliation pour lesquels nous pourrions être rémunérés.On vous explique tout ici.

La photographie de paysage est l’un des genres artistiques les plus pratiqués par les photographes amateurs et professionnels.

Voyager, explorer, attendre la lumière splendide et simplement profiter du temps dans la nature est quelque chose d’incroyable.

Si un appareil photo est l’outil indispensable pour vos photos de paysages, l’optique que vous utilisez joue un rôle encore plus important.

Le facteur le plus important étant la focale que vous utilisez. Bien que vous puissiez techniquement parlant photographier avec à peu près n’importe quel objectif, utiliser un supergrand angle vous permettra de capturer encore plus et de montrer encore plus à vos spectateurs.

Les photographes de paysage utilisent généralement un reflex numérique FX parce qu’il n’y a pas de facteur de recadrage ; mais il existe beaucoup d’options pour ceux d’entre vous qui possèdent un Nikon muni d’un capteur DX.

Les Meilleurs Objectifs Nikon Pour Paysage

Nikon-10-24mm-f3.5-4.5

Si vous disposez d’un reflex DX et vous désirez obtenir la focale la plus courte disponible, le Nikon 10-24mm f/3.5-4.5G ED sera plus ou moins votre meilleure option.

Ce n’est peut-être pas le moins coûteux, mais vous ne regretterez  pas votre choix si vous aimez la focale et si la prise de vue en basse lumière n’est pas votre préoccupation première.

Pour la photographie de paysage et la photographie en extérieur, une ouverture de f/3,5 à f/4,5 est largement suffisante, surtout si vous utilisez l’un de ces appareils photo Nikon qui gère très bien les montées en ISO.

Associé au format DX, il est équivalent à un 15-36mm, qui est la focale grand angle la plus courante sur les formats FX.

La qualité d’image et les couleurs sont très bonnes, même si on peut remarquer quelques distorsions et une certaine douceur aux grandes ouvertures à ~10mm. C’est un défaut auquel on pouvait s’y attendre et que l’on peut noter sur la plupart des zooms grands angles.

Sa construction optique, avec ses 2 lentilles en verre ED (Extra low Dispersion) et ses 3 lentilles asphériques, permettent au Nikon AF-S DX 10-24 mm f/3.5-4.5 de produire des images haute définition à fort contraste avec des aberrations chromatiques minimisées. Le système SWM de Nikon autorise une mise au point automatique rapide et silencieuse.

Si la prise de vue en basse lumière n’est pas votre préoccupation première, et si vous désirez avoir le maximum de zoom pour votre appareil photo DX, aucun autre objectif ne rivalise avec le 10-24mm…

Pour la photographie en basse lumière, d’intérieur ou l’astrophotographie, le Tokina 11-16mm f/2.8 est un excellent choix.

Il est en fait très bon pour la photographie de paysage, la question qui reste est de savoir si vous êtes à l’aise avec la focale 11-16 mm. Ce n’est pas grand-chose, donc vous serez toujours « coincé » aux grands angles.

Il coûte beaucoup moins que la plupart des objectifs de cette liste, et dispose d’une très bonne qualité de construction, en plus il vous permet de photographier à f/2,8.

Quand on sait que la plupart des zooms à f/2,8 coûte beaucoup plus cher ; ce qui explique pourquoi le Tokina est si populaire chez les photographes Nikon.

Comparé aux 10-24mm ci-dessus, le Tokina a l’air mieux construit et semble plus net à des ouvertures similaires. Mais à l’inverse, il présente plus de flares et d’aberration chromatique, que vous allez devoir corriger en post, surtout si vous photographiez en RAW.

En bref, procurez-vous le Tokina si vous désirez dépenser moins, photographier à f/2,8; sans avoir à vous soucier d’avoir trop de zoom.

Il est difficile de trouver des objectifs grands angles de fabricants tiers capables de rivaliser avec les zooms Nikon qui coûte beaucoup plus chers, mais c’est exactement ce que fait le Tamron 15-30mm f/2.8 Di VC USD

Il a été conçu pour rivaliser avec le célèbre 14-24mm f/2.8G de Nikon et le 16-35mm f/2.8G de Canon. Aucun de ces objectifs n’est stabilisé, c’est peut-être là l’argument de vente le plus important de Tamron à l’heure actuelle. En plus du prix relativement bas et de l’excellente qualité d’image !

J’ai eu beaucoup de mal à décider si je devais inclure le Nikon 14-24mm et le Tamron dans ce guide ; mais vu à quel point le Tamron se rapproche du Nikon (et le rivalise à certains égards), j’ai été bien obligé de l’inclure dans ma liste.

Il est moins couteux, offre plus aux extrémités de la plage de zoom et dispose de la réduction de vibrations qui peut être très utile, surtout si vous enregistrez des vidéos à main levée.

Le mécanisme de réduction des vibrations (VC) va jusqu’à 3 stops, ce qui veut dire que des photos qui auraient dû être normalement prise à 1/60, pourront désormais être prises à 1/8.

Grâce à l’USD (Ultrasonic Silent Drive), la mise au point est silencieuse et précise. Il est rare qu’un objectif tiers soit aussi bon qu’un objectif Nikon, vous pourrez de temps en temps prendre des photos en basse lumière. Très rapide, vous pourrez également l’utiliser pour vos photos d’actions.

Le Nikon 16-35mm f/4G ED VR est un autre excellent objectif, qui coûte à peu près 100 € de moins que le Tamron 15-30 mm

Quels sont ses avantages et ses inconvénients par rapport au 15-30mm ?

  • Vous pouvez utiliser des filtres ordinaires sur le 16-35mm f/4.
  • Le 16-35mm est beaucoup plus petit et plus léger (presque deux fois moins).
  • 5mm de plus au téléobjectif.

Beaucoup de personnes accordent une importance particulière au poids, donc si pour vos besoins de voyage, vous voulez être aussi léger que possible, le 16-35 marque un gros point.

D’autre part, le Tamron coûte un peu plus cher, il offre une ouverture à f/2,8, une qualité d’image légèrement meilleure dans les coins et 1 mm de plus, ce qui peut s’avérer très utile lorsque vous êtes dans un espace étroit.

Les deux objectifs offrent la réduction des vibrations, il ne vous reste plus qu’à décider si ces trois avantages du 16-35mm f/4 sont importants pour vos besoins.

Le Sigma 18-35mm f/1.8 DC HSM est une optique impressionnante ; Outre sa grande qualité de fabrication, ce 18-35 offre une ouverture constante de f/1.8 jamais vue sur un zoom photo. 

Tout cela serait inutile si la performance optique était de la merde, mais c’est exactement le contraire.

Fleuron de la gamme Art de Sigma en monture APS-C, ce zoom offre un piqué extra-ordinaire, une excellente qualité d’image,   et sa grande luminosité lui permet de remplacer trois « primes » en un seul zoom.

Uniquement destiné aux montures DX, son champ de vision est équivalent à un 27-52mm. Pas très loin du très grand angle , il commence quand même au même niveau que l’objectif du kit 18-55mm, ce qui est tout à fait normale pour une monture DX.

Le Sigma 18-35 mm offre une mise au point automatique rapide et précise grâce à l’Hyper Sonic Motor. Compte tenu de ses f/1.8, on aurait imaginé un objectif lourd et volumineux. Il n’en est rien !

L’objectif est parfaitement proportionné à des reflex du calibre du Nikon D300 par exemple. Avec des reflex plus petits, son poids de 800 g risque de faire légèrement pencher l’ensemble vers l’avant.

La qualité de fabrication, les finitions et le design sont presque parfaits, hormis l’absence de tropicalisation. Il est tout à fait compatible avec les filtres 72 mm et dispose d’une distance de mise au point minimale de 11″/28cm.

Si vous utilisez souvent la gamme 18-35mm et que vous souhaitez également quelque chose d’approprié pour travailler en faible luminosité, le Sigma est ce qu’il vous faut.

Tous les professionnels de l’image (ou presque) vous diront qu’un objectif 24-70 mm est une optique de base qu’on ne peut ignorer. Vous trouverez peu de personnes qui en font l’impasse tant cette focale est bonne à tout :

À 24 mm, vous pouvez faire du reportage, du portrait ou des photos de groupes, 35 et 50 mm sont des focales connues pour leurs capacités de cadrage polyvalent et artistique,

Enfin, 70 mm, c’est juste assez pour faire un peu de téléobjectif et des portraits en buste.

La grande ouverture f/2.8, constante sur toute la plage focale, confère à cet objectif la capacité à vous tirer de toutes situations quand la lumière manque.

Et comme la distance de mise au point minimale est de 0,38 m (de 35 à 50 mm) et de 0,41 m (à 24, 28 et 70 mm), les plans rapprochés sont possibles. Bref, beaucoup d’atouts dans un seul objectif !

La fiche technique du 24-70 mm f/2.8G ED AF-S est assez impressionnante : 20 lentilles réparties en 16 groupes (contre 15 lentilles réparties en 11 groupes)!

Trois verres ED dont un asphérique, encore trois verres asphériques puis un verre HRI, sans oublier les traitements fluorite sur les lentilles avant et arrière (pour la correction des aberrations chromatiques).

On appréciera également l’ajout d’un système de stabilisation mécanique (VR) qui permet de gagner 4IL.

Cependant, nous recommandons uniquement le Nikon 24-70mm f/2.8G ED pour les montures FX. Pourquoi ?

Parce que le Nikon 24-70mm f/2.8G est encombrant et assez lourd ; 1070 g ce n’est rien. En plus, il est trop long pour être utilisé sur un DX.

Ce Nikon 24-70 mm f/2.8 E ED VR est un bon objectif, voire très bon ! Il offre une qualité et une construction professionnelle indéniables et la prise en main est parfaite.

Avec un véritable grand-angle 24 mm et un vrai petit télé 120 mm, cette optique propose une plage focale très intéressante qui couvre à peu près tous les besoins quotidiens (personnellement, cette amplitude de zoom est idéale).

La formule optique comprend 2 lentilles en verre ED pour limiter les aberrations chromatiques et 3 lentilles asphériques pour limiter les aberrations et la distorsion. 

En outre, le nouveau 24-120 mm bénéficie d’un traitement de surface Nanocristal pour limiter le flare et améliorer le microcontraste.

L’optique dispose également d’un module de stabilisation optique de 2e génération.

La construction de l’optique est de bonne facture. Vous retrouverez un joind d’étanchéité au niveau de la monture et l’ensemble inspire confiance. L’optique est relativement imposante et lourde (710 g tout de même…).

Si nous n’avons rien à redire sur la qualité de fabrication, cette optique déçoit un peu au niveau des performances.

Le piqué est globalement plus satisfaisant que sur la précédente version, mais la périphérie de l’optique manque clairement de punch. Le vignetage est beaucoup trop marqué sur pratiquement toute la plage focale à f/4 et la distorsion trop visible à 24 mm et de 35 à 120 mm…

Si ces défauts sont facilement corrigés sur un ordinateur avec un logiciel comme Nikon Capture (200 euros) ou DxO Optics Pro (130 euros), il est regrettable de devoir retoucher tous les fichiers JPeg et Raw pour en améliorer la qualité.

Cette optique intéressera sans doute les primo-accédants qui accepteront les défauts pour disposer d’une optique polyvalente.

Les zooms téléobjectifs 70-200mm ouvrant à f/2.8  constant font partie des objectifs appréciés des photographes amateurs comme plus experts. Et c’est donc sans surprise qu’il figure parmi nos optiques préférées.

Ils offrent une plage focale suffisante pour couvrir une majorité de besoins. La grande ouverture permet un joli flou d’arrière-plan, la stabilisation d’image autorise des temps de pose de plus en plus longs et la qualité de construction en fait des compagnons de route quelles que soient les conditions.

Le seul point faible des zooms 70-200mm f/2.8 est leur tarif : s’agissant d’objectifs pros, il faut tabler sur un prix d’achat élevé. Cependant, cette optique est relativement bon marché, si vous la comparez à la concurrence Nikon, très performante, mais beaucoup plus onéreuse. Vous pourriez obtenir deux Tamrons pour le prix d’un Nikon.

Il est difficile de distinguer la qualité d’image entre les deux, bien que le Nikon soit légèrement plus précis lorsqu’il s’agit de mise au point automatique.

Pour des photos de paysage, avoir la mise au point automatique la plus rapide n’est pas une priorité, c’est pourquoi il est préférable de faire des économies.

Utiliser un 70-200mm f/2.8 c’est voir la photo autrement. Vous n’achetez pas un tel objectif pour l’utiliser uniquement à f/2.8, mais quand c’est le cas, il se doit d’être bon, sans quoi, il vaut mieux envisager un f/4 moins onéreux.

Le Tamron 70-200mm G2 est bien construit. Vous pouvez le soumettre à des conditions extrêmes sans aucun état d’âme.

Photographier à 200mm et à grande ouverture vous tente ? Vous n’avez pas le budget pour vous offrir le Nikon 70-200mm f/2.8 E FL ED ni le précédent modèle VR2 ? N’hésitez pas, le Tamron G2 est au niveau du FL ED pour moitié moins cher.

Ce 20mm est une focale fixe pour boîtiers Plein Format. Il est bien évidemment compatible avec les boîtiers DX sur lesquels il équivaut à un 30mm f/1.8.

L’utilité d’un objectif grand-angle à focale fixe est évidente si vous aimez les perspectives et les cadrages généreux, les plans larges et les vues au plus près du sujet. 

Avec une ouverture maximale supérieure aux zooms standards comme les 18-55, 18-105 ou autres 16-300 mm, le 20mm s’est taillé une réputation dans l’univers Nikon.

Une profondeur de champ très réduite est rendue possible grâce à l’ouverture maximale de f/1.8. Cette ouverture permet également d’utiliser des vitesses d’obturation plus rapides et de réduire le risque de flou de bougé sur les boîtiers les plus riches en pixels comme les D800/D800E et D810.

La formule optique comprend 13 lentilles en 11 groupes (12 lentilles en 9 groupes pour la précédente version) et les performances optiques progressent. 

Avec deux lentilles en verre ED et deux lentilles asphériques, Nikon annonce des images encore plus nettes. La formule optique revisitée permet de réduire les distorsions et les aberrations.

Le Nikon AF-S 20mm f/1.8G ED dispose de lentilles avec traitement monocristal. Une évidence aujourd’hui qui permet de réduire les effets de flare sur l’image.

La distance minimale de mise au point est de 20cm (25 avec la version précédente). Le diaphragme est circulaire et compte 7 lamelles.

La motorisation AF-S permet la retouche du point, mais s’avère surtout bien plus rapide et silencieuse que la précédente motorisation AF-D datant de l’époque argentique.

Sa conception compacte et légère permettra une portabilité sans contraintes. Cet objectif convient aux scènes d’intérieur, à la photographie urbaine et aux reportages. 

Il peut également être utilisé pour photographier de vastes paysages, pour les scènes sous-marines et les vidéos immersives.

Ce fut une bataille difficile entre le Nikon 24mm f/1.4 et le Sigma 24mm f/1.4 DG HSM Art, mais vu qu’il n’y avait pas de différence au niveau de qualité d’image, nous avons penché pour le Sigma.

C’est un bel objet que l’on prend plaisir à regarder, à prendre en main et à utiliser. La qualité de fabrication est remarquable et n’a rien à envier à celle de ses concurrents équivalents chez Canon et Nikon. L’objectif est sobre, discret et élégant.

Si vous recherchez spécifiquement un 24 mm, le Sigma 24 mm offre une meilleure qualité, les meilleures caractéristiques et le meilleur prix. Il coûte deux fois moins que le Nikon et est en fait bien meilleur.

L’ouverture maximale à f/1,4 lui assure une polyvalence à toute épreuve dans les faibles conditions lumineuses afin de conserver un temps de pose court et ainsi éviter les flous de bouger du photographe.

Bien entendu, l’ouverture maximale à f/1,4 assure aussi à cet objectif de belles possibilités en termes de bokeh. La très grande ouverture, associée à un capteur 24 × 36 mm et une distance de mise point assez courte, crée une faible profondeur de champ et un très beau flou d’arrière-plan, doux et harmonieux.

Le vignettage est bien présent et visible aux plus grandes ouvertures (de f/1,4 à f/2,8) et devient négligeable au-delà. Certains y verront un inconvénient — très facilement corrigible en postproduction avec n’importe quel logicielle de retouche photo.

Les distorsions sont, quant à elles, très discrètes. C’est un très bon point pour ceux qui veulent des paysages avec des horizons bien horizontaux. Les aberrations chromatiques sont totalement absentes.

Attention cependant, ce 24 mm est loin d’être compact et léger. Il pèse près de 700 g et affiche une longueur d’un peu plus de 9 cm. Il reste néanmoins plus léger que ses camarades 35 mm f/1,4 et 50 mm f/1,4.

Comment Choisir Son Objectif Pour Paysage

La focale

Les meilleurs objectifs pour la photographie de paysage sont soit extrêmement larges, soit à l’extrême opposé, dans la gamme téléobjectif.

Les objectifs grands angles sont les plus couramment utilisés dans la photographie de paysage parce qu’ils vous permettent de capturer à peu près tout ce qui se trouve dans votre champ visuel.

Tout ce qui se trouve en dessous de 20 mm est considéré comme du très grand angle, alors qu’à 20-35 mm, on parle du grand angle.

Les téléobjectifs sont excellents pour isoler un sujet spécifique ou pour photographier des animaux rencontrés lors d’un voyage.

Tout dépend de votre genre photographique, nous vous recommandons de n’acheter un téléobjectif que si vous avez déjà passé assez de temps avec un objectif grand angle.

Il faut également garder à l’esprit qu’un capteur DX/APS-C subit un recadrage de 1,5x. Par exemple, un objectif 24-70mm sur un appareil DX comme le Nikon D3400 fournit un champ de vision équivalent à un objectif 36-105mm (focale x 1,5 = votre focale « réelle »).

Le  36-105mm n’est plus du grand angle, donc Nikon a conçu des objectifs ultra-grand angle réservé uniquement aux appareils DX, qui reste très large malgré le facteur de recadrage.

Les objectifs en dessous de 35 mm sont considérés comme étant du grand angle, alors que ceux de moins de 20 mm sont considérés comme étant du très grand angle, ces derniers sont les plus couramment utilisés en photographie de paysage.

L’Ouverture

En général, vous ne photographiez pas à f/2,8, du moins pas lorsque vous essayez d’obtenir une faible profondeur de champ, ce qui est plus ou moins la norme en photographie de paysage. Généralement, vous photographiez entre f/5.6 et f/16 parce que vous voulez tout ce qui vaut le coup.

Ceci veut dire que vous n’avez pas à vous inquiéter outre mesure d’avoir la plus grande ouverture. Même lorsque le jour s’assombrit, vous pourriez avoir envie de photographier avec une petite ouverture, dans ce cas, la stabilisation d’image pourrait vous être d’une très grande utilité. Plusieurs des objectifs ci-dessous offrent jusqu’à 4 stops, vous permettant de photographier à 1/8 au lieu de 1/125.

Si vous avez besoin d’un objectif pour faire plus que juste de la photographie de paysage, alors par tous les moyens pensez à vous offrir un f/2,8 (pour les basses lumières), mais si vous ne travaillez qu’en externe, alors vous n’avez pas de soucis à vous faire.

Pour l’astrophotographie, les optiques à focales fixes seront un excellent choix en raison de leurs ouvertures f/1,4 à f/2,8.

Mise au point automatique vs mise au point manuelle

Si vous utilisez un trépied (fortement recommandé, ou au moins un monopied), vous allez certainement opter pour la mise au point manuellement avec la fonction Live View. Une mise au point rapide n’affectera pas beaucoup votre style.

Mais il est toujours utile d’avoir une mise au point rapide et précise, juste au cas où vous voyagez sans trépied ou que vous photographiez quelque chose sur la route. Heureusement, tous nos objectifs ci-dessous ont une mise au point automatique fiable.

Poids & Taille

Trop souvent, nous oublions qu’aussi génial qu’un objectif puisse paraître sur le papier, il faut quand même le transporter pendant des heures pour obtenir les photos souhaitées.

Le poids et la taille sont extrêmement importants, et la différence entre le poids d’un zoom f/2,8 et d’un zoom f/4 est assez grande.

Vous aimerez aussi ...