Ce site contient des liens d'affiliation pour lesquels nous pourrions être rémunérés.On vous explique tout ici.

Dans ce billet, je vous recommande quelques-uns des meilleurs objectifs pour les utilisateurs du Nikon D3500. Si vous avez quelques questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire.

Le Nikon D3500 est le successeur du Nikon D3400 ; l’un des faits les plus marquants, c’est la ressemblance qui existe entre les deux boîtiers.

Toutefois, la batterie du D3500 offre une autonomie qu’aucun autre reflex ou hybride d’entrée de gamme n’est capable de rivaliser pour l’instant, vous bénéficierez de 1500 photos par charge. En outre, la qualité d’image du Nikon D3500 est absolument la meilleure de sa catégorie.

C’est l’un des meilleurs appareils photo pour débutants de ces dernières années. Il possède tout ce dont un débutant pourrait rêver : plusieurs modes de prise de vue, l’enregistrement vidéo en Full HD, un écran LCD très pratique, des touches facilement accessibles et une définition de 24,2 Mpx. Nikon propose également un parc optique intéressant pour ses reflex numériques.

Le D3500 est ce qu’on pourrait qualifier d’appareil photo pour « petit budget ». Nous avons adopté la même approche au sujet des objectifs ; en optant pour des objectifs qui offrent une qualité d’image exceptionnelle à des prix très abordables.

Vous remarquerez une prépondérance des objectifs Nikon dans cette liste, il y a une raison à cela : Nikon fabrique des objectifs absolument fantastiques pour ses boîtiers.

Nikon tire cet héritage d’une longue expérience dans la fabrication d’objectifs et ses objectifs figurent généralement parmi les meilleurs. Mais il est également possible de trouver de bons modèles chez les fabricants tiers !

Quels objectifs pour Nikon D3500 ?

Nous vous proposons quelques-uns des meilleurs objectifs disponibles pour Nikon D3500.

Nikon10-20mm

Ce zoom grand angle est extrêmement petit et léger. Si on remet les choses dans leurs contextes, on dira que ses deux concurrents Sigma sont au moins deux fois plus lourds que ce Nikon.

L’objectif présente une ouverture maximale vraiment faible de seulement f/4,5 au grand-angle et f/5,6 au téléobjectif. 

 Il y a cependant un inconvénient :  sa finition toute plastique n’inspire pas beaucoup confiance, mais c’est le prix à payer pour avoir un objectif léger. 

En outre, la bague de mise au point est trop étroite, peu précise et elle ne présente aucune butée. On dirait que Nikon a pensé que les utilisateurs de cet objectif ne feraient que très rarement la mise au point manuellement…

En raison de sa faible ouverture maximale, ce zoom n’est pas à même de produire un important bokeh. 

Contrairement aux anciens modèles grand angle, Nikon a introduit dans celui-ci un système de stabilisation qui permet de gagner jusqu’à 3,5 IL. On note que l’objectif ne possède pas de bouton pour désactiver la stabilisation.

Il est également doté d’une motorisation autofocus pas-à-pas AF-P pratiquement silencieuse, qui fonctionne aussi bien en photos qu’en vidéos. 

Le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes, mais diminue sensiblement dans les coins. Un comportement assez typique de ce type d’objectifs zoom à très courtes focales.

C’est autour de f/8-f/11 que l’objectif offre le meilleur pouvoir de résolution, bien que les résultats restent honorables à f/5,6 et à f/16. L’homogénéité devient bien meilleure à partir de 16 mm 

Les performances pourraient être meilleures en termes de distorsion et de vignetage, mais, dans l’ensemble, on a un zoom léger, compact et très facile à transporter sur notre D3500.

Son ouverture très modeste et sa finition en plastique en font un zoom particulièrement léger et peu encombrant. L’objectif est livré avec un pare-soleil qui se fixe solidement à l’objectif.

Cet objectif est l’un des trois zooms AF-P 70-300 mm qui figure au catalogue Nikon. Il s’agît d’un objectif relativement compact puisqu’il ne mesure que 146 mm de long lorsqu’il est replié et ne dépasse pas 80,5 mm de diamètre. 

Avec ce 70-300 mm, Nikon fait un grand pas en avant par rapport aux autres télézooms d’entrée de gamme. L’objectif réunie à la fois une mise au point rapide et silencieuse, un impressionnant système de réduction de vibration et une lentille à dispersion ultra-faible (ED) pour des images haute définition très détaillées. L’objectif ne souffre d’aucune aberration chromatique

 L’objectif est doté d’une mise au point interne qui évite toute rotation de la lentille frontale pendant la mise au point, ce qui permet aux utilisateurs de filtres de le régler une fois pour toute lors de la composition.

Avec ses 415 g, l’objectif semble plus lourd que les autres objectifs de la gamme Nikon DX, surtout pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’utiliser des télézoom. Mais comparé aux objectifs plein format, il reste relativement léger.

La plage de focales est vraiment intéressante et polyvalente, elle permet une ouverture maximale de f/6,3 au 300 mm. Monté sur un reflex à capteur DX, cet objectif se trouve alors plus approprié aux disciplines sportives ainsi qu’à la prise de vue d’animaux. 

L’objectif n’est pas très lumineux, avec une telle ouverture il n’est pas facile d’obtenir une bonne exposition en photographie sportive et animalière sans augmenter la vitesse d’obturation. Heureusement, le système de stabilisation offre une compensation de 4,5 IL qui permet de résoudre rapidement ce problème.

La qualité de fabrication de l’objectif ne fait aucun doute. Il présente une bonne densité et semble solide. Nikon a placé deux sélecteurs à la base de l’objectif, l’un pour désactiver la stabilisation ou choisir entre les modes Sport ou Normal et l’autre pour sélectionner le type de mise au point.

Pour son prix, il s’agit assurément d’un bon objectif qui jouit d’une belle fabrication, d’une stabilisation efficace et d’une plage focale polyvalente. Cet objectif est parfait pour le capteur APS-C qui équipe le Nikon D3500

Avec cet objectif, Nikon fait d’une pierre deux coups en proposant un zoom qui va du grand-angle à la très longue focale. Cette ultra polyvalence lui permet de couvrir la majorité des sujets (portraits, reportage, paysage, action). 

L’objectif dispose d’une ouverture maximale variable et est donc capable d’ouvrir à f/3,5 en position grand-angle et 6,3 en 300 mm. Cet objectif est donc parfait pour les voyages, lorsque vous avez besoin d’un objectif tout-en-un.

Ce 18-300 mm est beaucoup plus léger que son prédécesseur, avec une perte de poids d’environ 300 g qui lui permet d’être plus pratique. Mais l’objectif reste massif et plutôt lourd pour un appareil photo du gabarit du D3500 

Ce gain en taille est en partie due à une conception intelligente, mais tout ceci n’est pas sans concessions. Il faudra par exemple faire avec une ouverture moins lumineuse au télé (f/6,3 contre f/5,6) qui cependant, reste mieux que ce que Sigma et Tamron offrent.  

De manière générale, les résultats en piqué des zooms à très fortes amplitudes ne sont pas fameux. Le 18-300 mm de Nikon ne déroge malheureusement pas à la règle. Le piqué est bon aux grandes ouvertures, mais diminue au fur et à mesure que l’on zoome.

Le vignettage est assez présent en position grand-angle à f/3,5, mais il disparaît très rapidement à mesure que l’on ferme l’objectif.

Les aberrations chromatiques sont bien présentes sur cet objectif, mais un traitement en postproduction suffit pour corriger ce phénomène. 

C’est la preuve qu’avec ces objectifs tout-en-un, il faut inévitablement faire des compromis sur la qualité de l’image. Le Nikon ne comporte pas moins de 19 lentilles réparties en 14 groupes ! Il est donc pratiquement impossible de ne pas faire de compromis sous de telles conditions.

La prise en main du Nikon est excellente, le toucher est très agréable, malgré la construction en plastique. Un indicateur de distance de mise au point est disponible au-dessus de l’objectif.

Autre bonne nouvelle, l’objectif garde la lentille frontale fixe quel que soit la distance de mise au point, ce qui permet de manipuler plus simplement un filtre polarisant.

L’objectif contient aussi les informations de base, à savoir les focales et un indicateur de distance de mise au point. 

On peut également souligner la redoutable efficacité du stabilisateur optique qui permet de pouvoir exploiter à main levée les très longues focales de cet objectif.

C’est un objectif parfait pour les personnes qui ne veulent plus emmener deux objectifs en voyage tout en conservant une bonne qualité d’image. 

Ce « petit » micro est deux fois plus petit et trois fois plus léger qu’un objectif « pro » comme l’objectif macro 105 mm de Nikon. Il sera donc facile à ranger dans un coin de votre sac photo.

Avec une focale « effective » de 60 mm, il est parfait pour les photographes à la recherche d’une optique polyvalente associant une ouverture assez rapide à d’excellentes performances optiques.

Le piqué est excellent de f/2,8 à f/16. Les aberrations chromatiques sont absolument négligeables et la distorsion est pratiquement nulle. 

Il existe un Nikon AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8G ED qui coûte plus cher, mais si vous possédez un Nikon D3500 et que vous ne faites la macro que de manière occasionnelle, cet objectif est pour vous.

La focale 40 mm offre une bonne latitude à la fois en macro, en portrait et en paysage, mais ceux qui souhaitent capturer des insectes seront déçus, car il faut s’approcher trop près du sujet pour atteindre un rapport 1:1.

A pleine ouverture en macro (f/3,2), la profondeur de champ est extrêmement réduite et il est difficile de focaliser un point net à main levé, surtout avec un petit vent de côté.

En paysage, ce 40 mm semble un peu long. En réalité, c’est en portrait que cette optique semble la plus à l’aise.

Il faudra tout de même garder à l’esprit que Nikon a exclusivement conçu et développé ce 40 mm pour les reflex numériques Nikon au format DX.

La qualité d’image est tout simplement splendide, même à la plus grande ouverture. La mise au point de cet objectif est également très rapide, précise et presque silencieuse.

Seul inconvénient, ce 40 mm n’est pas stabilisé ; vous êtes donc contraint d’utiliser un trépied lorsque vous faites de la macro en basse lumière.

C’est l’un des meilleurs objectifs jamais utilisés avec un appareil photo Nikon au format DX. Je dirai même que c’est le meilleur objectif macro pour reflex numériques de Nikon. Il offre également un excellent rapport qualité-prix.

Ce 50 mm est certainement le second objectif le plus vendu après l’objectif de kit livré avec le D3500. Son ouverture lumineuse lui permet de rester efficace, même dans les endroits les plus sombres.

Le 50 mm est une longueur focale qui permet de couvrir une vaste gamme de sujet photographique, qu’il s’agisse de portraits, de paysages ou de gros plans.

Bien qu’un peu médiocre sur les bords, l’objectif offre un piqué assez harmonieux au centre. Ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose.

En fait, cette caractéristique optique est louée par beaucoup car elle permet de pousser la mise au point vers le centre de l’image (et généralement vers le sujet), créant ainsi une atmosphère plus intime.

Les aberrations chromatiques et les distorsions sont très bien maîtrisées, et l’outil de correction intégré à l’appareil photo vous sera d’une grande utilité.

De même, les aberrations peuvent aussi être supprimés très rapidement à l’aide de votre logiciel de retouche d’image préféré. Ce qui n’est pas cher payé quand on sait le prix de l’objectif.

Quand on parle de qualité d’image et de contrôle de la profondeur de champ, on fait généralement appel, la plupart du temps, à une optique à focale fixe pour faire le travail. Je vous parle ici de la meilleure optique pour portrait que vous puissiez associer à votre Nikon D3500.

Le Nikon 50mm F1.8G est le meilleur objectif jamais réalisé pour un appareil photo d’entrée de gamme comme le Nikon D3500. L’optique est abordable et offre une ouverture constante de F1.8 pour des prises de vue avec une faible profondeur de champ. Les bokehs sont à couper le souffle

Compte tenu de son prix ; On ne s’attendra pas à une qualité de construction exceptionnelle. L’objectif est extrêmement léger et très facile à transporter. Cependant ; il n’en demeure pas moins que ce dernier offre un rendement qui correspond à celui des objectifs de qualité supérieure.

C’est le meilleur objectif pour votre appareil photo d’entrée de gamme ou pour commencer votre carrière de photographe de portrait.

La vitesse de mise au point de cet objectif est assez rapide. Comme la plupart des objectifs Nikon, ce 50 mm F1.8G offre également la possibilité d’effectuer la mise au point manuellement.

Pour la photographie sportive, animalière ou automobile, il faut plus qu’un objectif de kit.

En fait, même le 70-300 mm mentionné ci-dessus reste encore assez juste lorsqu’on veut réaliser de gros plan de sujets éloignés.

Cependant, le 150-600 mm de chez Sigma étend considérablement ses capacités. Si l’on considère qu’il s’agit d’un objectif DX, la focale effective est en fait plus proche de 225-900 mm.  

Bien entendu, avec une telle polyvalence, il faut savoir faire des concessions sur les ouvertures maximales et se contenter du f/5-6,3 que propose le zoom.

Malgré des ouvertures maximales relativement faibles (f/5-6,3), ce 150-600 mm permet de jouer avec la profondeur de champ et de faire bien ressortir un sujet principal par rapport à son arrière-plan.

C’est un objectif impressionnant. Il est assez gros pour un boîtier aussi compact que celui du Nikon D3500. C’est l’outil idéal pour les photos d’oiseaux ou d’athlétismes.

Deux modes de stabilisation facilitent la prise de vue et le suivi des sujets en mouvement, qu’ils volent autour des arbres ou qu’ils se dirigent vers une destination

La qualité optique est bien au rendez-vous et le 150-600 mm offre un niveau de piqué (restitution des fins détails) tout à fait satisfaisant malgré quelques défauts d’homogénéité aux plus grandes ouvertures et aux plus « larges focales ».

Même si le piqué est très élevé et procure un niveau de détails remarquable, aux plus grandes ouvertures, on observe un manque d’homogénéité entre le centre et les bords extrêmes. Cet écart reste important quelle que soit l’ouverture aux plus « larges focales ». 

Cela rend l’usage de l’optique plus délicat en intérieur, mais ses faibles ouvertures maximales sont compensées par une stabilisation optique efficace et des montées ISO performantes.

Nous recommandons sans hésitation cet objectif, qui constitue une belle porte d’entrée dans l’univers des très longues focales. C’est une optique qui bénéficie de la plupart des fonctionnalités et du niveau de qualité existant dans l’univers professionnel chez Canon et Nikon.

Pour ceux qui souhaitent simplement optimiser leur objectif de base, ce 16-80 mm f/2,8-4 de Nikon offre une excellente plage focale et une technologie de pointe.

Le système de stabilisation optique de Nikon nous permet de prendre des photos nettes à main levée, même en basse lumière.

Une formule optique de 17 lentilles réparties en 13 groupes (4 verres ED et 3 asphériques) garantie l’obtention d’images claires et nettes.

La prise en main est un peu décevante. Le poids plume de l’objectif est surprenant et les bagues de mise au point et de zoom manquent de fluidité. 

Un point important. Sur le dessus de l’objectif, on retrouve un indicateur de distance de mise au point dynamique. La bague de mise au point manuelle est particulièrement étroite. 

Certes, il coûte un peu plus cher que les autres objectifs de cette liste, mais les fonctionnalités supplémentaires, la qualité optique et la flexibilité de la focale laisse à supposer que vous n’aurez certainement plus besoin d’un autre objectif pour la plupart des situations de prises de vue.

Le traitement Nano Crystal et fluor réduit les reflets au minimum et l’objectif profite d’un système autofocus rapide et silencieux.

Cet objectif est véritablement un 24-120 mm déguisé grâce à la taille 1,5 fois plus grande des capteurs des boîtiers DX, c’est un objectif de kit sous stéroïdes.

Aux plus grandes ouvertures, on observe un manque d’homogénéité, avec un niveau de piqué sur les bords assez en retrait. Le centre des images est très bien défini, quelle que soit la combinaison focale/ouverture sélectionnée.  

Le vignetage est très discret sur cet objectif. Il se ressent principalement au grand-angle 16 mm et aux plus grandes ouvertures. 

Les ouvertures maximales assez lumineuses de ce zoom sont un avantage certain pour jouer avec la profondeur de champ. 

Globalement, cet objectif s’en sort plutôt bien, mais est loin d’être parfait. C’est le prix à payer pour avoir une plage de focale polyvalente et des ouvertures maximales relativement lumineuses.

Sa longue plage de focale équivalent 24-120 mm, ses ouvertures maximales assez lumineuses et la présence d’une stabilisation optique efficace sont autant d’atouts qui lui permettront de se sortir d’un bon nombre de situations de prises de vues, aussi bien en termes de sujets (paysage, portrait, reportage, sport…) que de conditions lumineuses.

Petit et léger, avec des fonctionnalités optimisées et une qualité optique accrue, le 18-80 mm est un objectif parfait pour les photographes amateurs et voyageurs.

Cet objectif à focale fixe de Nikon est conçu spécifiquement pour les appareils photo à capteur APS-C tels que le D3500.

Avec une focale 35 mm, qui par la magie de la conversion de focale, se transforme en une focale effective de 52,5 mm, cet objectif se rapproche davantage du 50 mm vendu autrefois avec les reflex 35 mm.

Le Nikkor AF-S DX 35 mm f/1,8 est une optique compacte, simple, mais efficace. C’est un objectif qui doit absolument figurer dans votre sac photo lorsque vous désirez profiter d’une ouverture de f/1,8 qu’un zoom ne saurait vous offrir.

En mise au point manuelle, la bague de mise au point offre assez de souplesse et de fermeté pour être agréable à manipuler.  

La construction est de très bonne facture. La bague de mise au point permet une bonne préhension.  Il en est de même pour le bouton permettant de jongler entre les modes de mise au point manuel et autofocus.  

L’autofocus est assez rapide et l’objectif est à encombrement constant ; ce qui facilite l’usage des filtres tels que les polariseurs circulaires et les filtres ND.

Le piqué est assez bon dans l’ensemble pour les ouvertures comprises entre f/2,8 et f/8. Par contre, il est moins impressionnant aux plus grandes ouvertures.

On aurait pu s’attendre à ce qu’il n’y est aucun problème de distorsion, puisqu’il s’agît d’une focale fixe, qui plus est une focale « standard ». Or, on constate une distorsion en barillet, caractéristique des grands angles. Ce qui est bien dommage, même si à priori, cet objectif n’est pas destiné à la photographie d’architecture ou de paysage.   

Nikon a finalement réussi un très beau coup en proposant une focale standard de bonne facture, à un prix raisonnable. C’est donc un très bon choix pour les puristes qui n’ont pas besoin de jongler entre les différentes focales des zooms très répandus 

FAQ

Le Nikon D3500 est-il dépassé ?

Vous pouvez toujours créer de superbes photos avec le Nikon D3500. Cependant, Nikon a annoncé qu’elle ne développerait plus de reflex numériques et qu’il se concentrerait sur son système hybride.

Quel est le meilleur objectif pour réaliser des portraits avec le Nikon D3500 ?

Le meilleur objectif pour réaliser des portraits avec le Nikon D3500 est le Nikon 50 mm f/1.8G. C’est une excellente focale pour les portraits (équivalent à 75 mm sur le D3500) ; la grande ouverture maximale de f/1.8 permet de créer de magnifiques images avec une faible profondeur de champ.

Quels sont les types d'objectifs compatibles avec le Nikon D3500 ?

Tout objectif doté d’une monture F de Nikon peut être utilisé sur le Nikon D3500. Cependant, certains objectifs plus anciens ne pourront pas utiliser l’autofocus car le D3500 ne dispose pas d’un moteur de mise au point. Si vous souhaitez utiliser un ancien objectif, vérifiez le tableau de compatibilité Nikon pour savoir si l’autofocus fonctionne avec le D3500.

Peut-on utiliser des objectifs tiers sur le Nikon d3500

Il est tout à fait possible d’utiliser des objectifs d’autres marques sur le D3500 du moment où ils sont compatibles avec la monture F de Nikon

Pour en savoir plus :