Table Header Table Header Table Header Table Header
Content
Content
Content
Content
DJI FPV Combo

1. DJI FPV Combo

Le FPV de DJI est un drone qui offre de nombreuses possibilités d’utilisation ; il intègre une caméra de bonne qualité qui (si vous fournissez des cartes MicroSD assez rapides (s’ouvre dans un nouvel onglet)) peut enregistrer en 4K à 60fps.

De quoi capturer de belles séquences avec des mouvements de caméra très dynamiques. La caméra n’est stabilisée que sur un axe (inclinaison), mais la technologie RockSteady EIS de DJI se charge d’ajouter une stabilisation numérique sur toute l’image, pour gommer les mouvements parasites qui se produisent inévitablement avec un appareil aussi nerveux que le FPV. En particulier si l’on pilote en mode S ou M.

L’autre gros avantage pour les débutants est le capteur d’obstacles. Une caractéristique particulièrement bienvenue lorsqu’il s’agit de filmer et surtout quand l’appareil revient à son point de départ en mode autonome (RTH, pour « return to home »).

L’autre fonction on ne peut plus appréciable est le freinage automatique qui permet de mettre le drone en vol stationnaire presque immédiatement, une vraie sécurité pour les débutants.

Les lunettes 120fps de DJI sont également bien conçues, avec un champ de vision bien large ; pas trop éprouvant pour les yeux ; la qualité visuelle est à couper le souffle par rapport aux casques VR.

Propulsé par des moteurs Xing-E 2207 2750KV, le Nazgul 5 porte peut-être le nom des méchants dans le Seigneur des Anneaux, mais cette puissance implique une grande responsabilité.

De nombreux pilotes de drones déploreront son poids élevé par rapport au dernier GoPro Hero 9 Black, mais cette puissante machine ne semble pas se soucier des grammes supplémentaires. (C’est peut-être pour cela qu’il utilise la pile de vol Succex-EF4).

Avec des bras en carbone de 5 mm d’épaisseur, ce drone aura du mal à s’imposer dans une collision, mais si vous êtes prêt à l’essayer, iFlight propose la machine en version (rapide) 4S et (lente) 6S.

La société est également connue pour la qualité de ses PID (paramètres de vol) par défaut, cette machine ne fait pas exception, ce qui permet aux pilotes habitués à des expériences plus conviviales de faire la transition vers le monde du FPV.

Le drone intègre le système de transmission vidéo numérique Caddx vista HD, donc vous aurez probablement besoin de lunettes FPV DJI. Á part ça, vous disposez d’une myriade d’accessoires dans la boîte : antennes, outils, autocollants de batterie en caoutchouc, accessoires, et plus encore.

Le Cetus est un petit drone doté d’un capteur optique. Il permet non seulement le vol stationnaire, mais aussi un atterrissage automatique en douceur lorsque la batterie est faible.

Les débutants peuvent progresser grâce à trois modes, dont un mode FPV complet. Il en va de même pour la technologie : les lunettes et le contrôleur sont du même type que ceux que vous utilisez sur de vrais drones RF.

La manette, en fait, est particulièrement agréable pour les novices, avec de vrais sticks RC dans un boîtier qui se rapproche un plus de celui des jeux vidéo. Il peut d’ailleurs être utilisé comme un joystick USB lorsqu’il est connecté à des simulateurs de drones. C’est bien dommage qu’on ne puisse avoir qu’une visualisation en directe – il faudra investir dans des lunettes plus coûteuses pour bénéficier de l’enregistrement – néanmoins, ce package est davantage axé sur le plaisir.

Qu’on le veuille ou non, la famille des noms se terminant par « -whoop » fait désormais partie de la légende des quadcoptères, celui-ci est un CineWhoop – c’est-à-dire qu’il est capable de soulever une GoPro.

Le mot « pusher » dans le nom du produit fait référence à la disposition inversée du moteur, qui lui donne un peu l’apparence d’un aéroglisseur squelettique, mais qui a pour effet de créer un flux d’air sous l’appareil pour un vol plus fluide (et, par extension, des vidéos plus fluides).

Sa minuscule taille lui permet de voler à travers de petits espaces et de suivre des sujets tels que des skateboarders. Il pèse quelques grammes de plus que les autres drones de 2,5 pouces. Nous nous sommes toutefois demandé si la substitution des hélices à nez de taureau par des hélices à 5 pales ne permettrait pas un vol plus fluide, bien que toute GoPro équipée d’un stabilisateur d’image n’y voie aucun inconvénient.

La flexibilité constitue un grand avantage de l’espace FPV, le ProTek25 est également disponible en version analogique, mais la version numérique intègre une caméra FPV Caddax Polar Vista 60fps qui se connectera aux lunettes et au contrôleur DJI.

Le EMAX TinyHawk 3 est un excellent drone pour débutants ; l’empattement de 75 mm permet au drone d’avoir une forme plus petite que le contrôleur ou les lunettes. Le plus gros avantage c’est que tous ces éléments sont disponibles dans le même boîtier, en supposant que vous choisissiez le pack Ready To Fly (RTF).

Il est capable de rester en l’air pendant 7 minutes, ce qui n’est pas mal pour un appareil doté de minuscules hélices de 2 pouces, ou d’aller à une vitesse de 50 mph (encore une fois impressionnant pour cette taille).

 Si vous le faites dans des conditions de faible luminosité, le panel de LEDs permet d’épater les foules ; leur luminosité répond à l’accélération.

Par le passé, les kits d’Emax comprenaient des manettes de type gamepad, mais celui-ci inclut le nouvel émetteur E8 qui est plus traditionnel, plus adapté à l’apprentissage des commandes par pincement.

Il dispose également d’un support pour l’écran récepteur Transporter 2, qui peut être porté comme un écran FPV traditionnel ou être utilisé sur le contrôleur si vous préférez. Le Transporter 2 peut également enregistrer des vidéos sur une carte SD.

Bien qu’il ne soit pas capable de porter une GoPro, la caméra fournit des vidéos de très bonnes qualités – bien plus que d’autres petits drones – grâce à sa gamme dynamique, sa balance des blancs et le VTX (émetteur) de 200mw qui assure une meilleure transmission que beaucoup d’autres drones dans la même catégorie.

Le seul vrai reproche qu’on peut lui faire est que l’alerte « atterrissez maintenant » semble arriver un peu tôt, ce qui fait que le drone est plus adapté au vol de course qu’à l’acrobatie.

Quelque temps avant la pandémie, votre humble serviteur s’est rendu dans le désert de Las Vegas, non pas pour être exécuté par la mafia, mais pour voir ces mini-drones faire leur travail.

Je soupçonne depuis longtemps d’avoir été renvoyé du Consumer Electronics Show parce que je n’avais pas suffisamment crashé le mien (ce n’est pas faute d’avoir essayé), mais il est bon de voir que le micro-coptère aux dents joyeuses a fait son chemin jusqu’aux magasins.

Ce qui fait vraiment la particularité de ce copter, c’est son coût accessible pour un kit comprenant des lunettes et un contrôleur. Bien sûr, la qualité de fabrication n’est peut-être pas comparable à celle de certains engins, mais des fonctions utiles sont tout de même disponibles ; la charge en veille est disponible sur les lunettes, qui ont également suffisamment d’évents pour éviter les problèmes.

Le champ de vision de 170˚ de la caméra fonctionne bien pour un vol en immersion. Très utile, à la fois pour les débutants et pour ceux qui font la transition depuis les jouets en magasin – le système possède toutes les caractéristiques de sécurité.

Doté d’une surface plane et des hélices placées à l’envers par rapport à la position habituelle, ce modèle « pusher » peut atterrir à plat. Les récentes améliorations ont permis de minimiser les effets de gelée de la caméra, et les moteurs de 4 500 KV en font un quad puissant défiant la gravité.

L’engin est livré avec les nouveaux ESC AT32F415 et une portée de 600m fournie par le VTX 5.8GHz qui fonctionne à 350mW.

Il est conçu pour s’adapter à la caméra ultralégère SMO 4K Insta360 de BetaFPV qui vous permet d’enregistrer vos vols avec des détails cinématographiques, tandis que la caméra principale FPV peut être ajustée entre 25 et 45 degrés pour s’adapter au style de vol.

N’oubliez cependant pas, qu’il s’agit d’un véritable produit pour amateurs ; il n’est pas livré avec une batterie, des lunettes ou un contrôleur radio ; en d’autres termes, il est plutôt bon comme second pas dans la communauté des petits engins plutôt que comme premier appareil, mais il a l’air cool.

Si jusqu’à présent vous n’avez pas encore trouvé le drone FPV qui vous convient, c’est de notre faute, alors désolé.

Ce drone est construit pour aller vite, il dispose d’une caméra intégrée que vous pourrez piloter avec vos propres lunettes FPV.

Comme pour tous les drones de cette catégorie, vous pouvez ajuster l’angle de la caméra. Malheureusement, il n’est pas possible de faire des ajustements en plein vol.

En revanche, la caméra Caddx Ratel 1200TVL HDR fournit un signal vidéo supérieur à la moyenne, mais toujours via NTSC ou PAL.

L’EMAX se démarque en fournissant deux jeux complets d’hélices (propulseurs) ; l’un qu’ils appellent ‘AVAN Flow’ – pour la vitesse – et l’autre ‘AVAN Scimitar’ qui sont légèrement plus petits et offrent un temps de vol plus long.

Nous avons apprécié les patins en caoutchouc sur la base pour protéger les vis en cas d’atterrissage brutal (sans oublier les immenses 3K de fibre de carbone tissés dans le cadre).

Équipez-vous d’un récepteur FrSky (plus des batteries et un chargeur d’équilibre) et vous serez en route.

Il est impossible de contester la qualité et la valeur du DJI Mini SE ; ce drone enregistre d’excellentes vidéos pour un drone considérablement moins cher que la plupart des drones de sa catégorie.

Le seul problème c’est que, selon la définition la plus stricte, ce n’est pas techniquement un drone FPV.

Cela dit, la vue que vous aurez sur l’écran de votre téléphone (qui fait office de moniteur) est une vue à la première personne.

Avec un peu d’ingéniosité, il est également possible d’avoir l’image du téléphone devant les yeux, comme en FPV : Procurez-vous un casque qui accepte un signal vidéo miroir de votre téléphone ou un signal HDMI. Dans ce dernier cas, connectez la HDMI à votre téléphone à l’aide d’un dispositif tel qu’un MiraScreen).

Le Mini SE n’est certainement pas le drone le plus rapide. Cela est dû en partie au fait que la vidéo numérique, notamment en miroir n’offre pas un contrôle aussi réactif que sur un racer ; mais l’expérience reste bonne- en plus de tous les avantages du système d’enregistrement vidéo de DJI.

Dans le menu Contrôle, réglez le mode Gimbal sur FPV et la caméra s’inclinera avec le drone (au lieu de maintenir des horizons plats), comme un « vrai » drone FPV.

Vous aimerez aussi ...