Valoriser les couleurs -photo-de-rue

Seule une exposition et une composition en adéquation avec la scène photographiée permettent d’en tirer la quintessence chromatique. Intéressons-nous donc à présent à l’influence des teintes et couleurs sur l’image, et à la manière de les valoriser.

Jouer sur les oppositions et les accords chromatiques

A la lecture d’une image, notre œil est toujours attiré en premier lieu par les zones de haute lumière. Pour optimiser la composition, il est  donc logique de placer les zones de haute lumière en accord avec le sujet principal afin qu’elles ne viennent pas contrarier la bonne lisibilité de ce dernier.

De même, le positionnement dans le champ cadré des zones les plus colorées de la scène doit être étudié avec soin. Il est important que les différentes couleurs se mêlent au mieux entre elles, notamment en jouant sur les accords ou les oppositions chromatiques.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les teintes opposées se marient généralement très bien. Il peut donc être intéressant d’associer dans une même image une couleur primaire et sa complémentaire (bleu et jaune, rouge et cyan, vert et magenta) ou, dans un autre domaine, une teinte chaude (rouge, orange, jaune) avec une teinte froide (bleu, vert, violet).

Equilibrer densités et couleurs dans l’image

En fonction des spécificités de la scène à photographier mais aussi de sa recherche personnelle, chacun peut équilibrer sa « composition chromatique » en accordant les proportions de chaque « famille » chromatique (primaire contre complémentaire, chaude contre froide) ou, à l’opposé, rechercher les déséquilibre en plaçant la couleur minoritaire sur l’un des points forts de l’image définis par la règles des tiers.

Cette règle, rappelons-le, dit que les quatre points forts d’une image sont placés à l’intersection de deux  droite horizontales et de deux droites verticales imaginaires qui coupent respectivement la hauteur et la longueur de l’image en trois parties égales.

La  règle des tiers constitue une bonne base de départ et une aide théorique à la composition d’une image, mais ce n’est pas un dogme. Il est bien plus judicieux de s’en aidé pour affiner ses propres compositions pour éviter ainsi de produire des clichés monotones et impersonnels.

Cette recherche de l’équilibre entre les différentes teintes chromatique prévaut également au niveau des densités, à l’évidence en noir et blanc, mais aussi en photographie couleur. Dans quasiment tous les cas de figure, l’image gagne en impact visuel quand la teinte ou la densité géographiquement la moins représentée occupe une place de choix dans la composition.