Opter pour un angle de champ large via un grand-angle a des conséquences directes sur le travail de composition à effectuer. En effet, en règle générale, plus le champ cadré est étendu, plus le nombre d’éléments visuels inclus dans ce dernier est élevé, augmentant ainsi la difficulté à composer correctement l’image.

Corrélation entre point de vue et perspective

Au grand-angle, on travaille généralement à courte distance du sujet si l’on désir que ce dernier occupe une proportion non-négligeable de la composition. Or, la perspective donnée à l’image est uniquement tributaire du choix du point de vue : elle est d’autant plus marquée que l’on adopte une courte distance de travail.

Il en découle des lignes de fuite très prononcées qui convergent rapidement vers les lignes de fuite de l’image, ainsi qu’une forte prédominance du premier plan au détriment des autres plans.

La moindre précision dans le cadre étant accentuée par la forte perspective, il convient d’être vigilant avant de passer le déclencheur de l’appareil photo. Certain point comme les lignes droites (structure générale des bâtiments, ligne d’horizon) méritent toute votre attention.

A contrario, choisir une grande distance de travail (situation très fréquente quand on emploie une longue focale) donne à l’image une perspective douce. Les lignes de fuites sont peu marquées et, dans les cas les plus extrêmes (prise de vue à très longue distance, avec un gros télézoom ou un téléobjectif de très longue focale), tous les plans semblent réunis à un seul (effet visuel de compression des plans). En règle générale, une perspective douce est flatteuse pour les sujets humains.

De ce fait, l’une des meilleures méthodes pour composer une image consiste à sélectionner en premier lieu le point de vue (et donc la distance de travail) afin de déterminer la perspective que l’on désir obtenir sur l’image. Dans ce but, et quand cela est possible, il est utile de tourner autour de son sujet.

Ensuite, il convient de déterminer la focale à utiliser pour inclure dans la composition seulement ce que l’on désir enregistrer sur l’image. Éliminer du champ cadré tous les éléments susceptibles de perturber la lisibilité de l’image. Généralement, les éléments aux lignes géométriques et répétitives sont plus envahissants que ceux aux formes irrégulières.