Il a fallu du temps pour que je me débarrasse de certains équipements que j’utilisais à peine et qui auraient été plus utile à quelqu’un d’autre.

Comme beaucoup de photographes qui ont débuté avec l’argentiques, ma collection d’appareils photo n’a cessé de s’accroître au fil des ans. Le drame c’est que je n’ai jamais vraiment utilisé la plupart d’entre eux. Cela peut sembler étrange, mais si vous êtes un photographe argentique ou si vous connaissez quelqu’un qui l’est, cette information ne devrait pas vous surprendre.

Le fait est que, pendant des années, les appareils photo, les objectifs et les accessoires étaient extrêmement accessibles et que, pour les passionnés de photographie, il était difficile de dire « non » à un nouvel équipement.

C’est de là que vient le problème des photographes comme moi. C’est-à-dire que j’avais (comme beaucoup d’autres photographes) un problème d’achat compulsif qui me poussait à acquérir de plus en plus de matériel photographique.

Cela dit, ce problème n’est pas propre aux photographes. En effet, il existe un nom pour désigner l’achat compulsif, qui s’applique aussi bien aux passionnés de film argentique qu’aux photographes exclusivement numériques : le  » syndrome d’acquisition de matériel « , également connu sous le nom de GAS.

Je pense que ce syndrome vous est familier. Vous ne cessez d’acheter de nouveaux appareils alors que vous en avez déjà une pile qui traîne dans vos placards. Vous ne les utilisez pas autant que vous l’aviez prévu lorsque vous tentiez de justifier son achat. Cela vous semble-t-il familier ? Je n’en doute pas.

Nous arrivons au point crucial de cet article. C’est-à-dire, se débarrasser d’une grande partie de son matériel inutilisé. J’ai récemment vendu ou mis en vente un bon nombre de pièces de ma collection et, à vrai dire, je me suis senti beaucoup mieux que je ne l’aurais cru.

Lorsque j’ai décidé de me débarrasser d’une partie de mon matériel, j’ai ressenti un tel soulagement que j’ai commencé à dire adieu à du matériel dont je pensais ne jamais me séparer. En ce qui concerne le matériel argentique, cette liste comprend le Fujifilm GA645, le Nikon F100, le Nikon FE, le Nikon F2, les objectifs de ces appareils Nikon ainsi qu’un assortiment d’autres objectifs.

En outre, j’ai laissé tomber le Sigma 35mm f/2 que j’aimais beaucoup et que j’étais sûr de vouloir garder (j’ai finalement choisi le Sony 35mm f/1.4 GM que je préfère au Sigma). Enfin, et là où je me suis le plus surpris, j’ai laissé tomber mon Mamiya RZ67, mon 110mm f/2.8 et mon 65mm pour le système RZ. Bien que je n’aie pas encore pris de décision définitive, j’essaie également de voir si je veux ou non me séparer de mon Mamiya 645 Pro-TL. Je ne pense pas que je le ferai, mais j’hésite un peu.

3 Raisons de se débarrasser de son matériel photo inutilisé2

Pourquoi vous devriez vous débarrasser de certains objets

Voyons maintenant pourquoi il est important de se débarrasser de certains équipements et les avantages que cela pourrait vous procurer.

Tout d’abord, et c’est peut-être le plus important, ce matériel inutilisé pourrait vous rapporter de l’argent que vous pouvez investir dans un projet.

Prenez par exemple un objectif que vous utilisez très rarement et que vous pourriez vendre pour 500 euros. Ces 500 euros pourraient être utilisés pour voyager et vous mettre dans un environnement où vous pourriez faire de belles photos ou vous pourriez utiliser ces 500 euros pour acheter un autre équipement que vous pourriez utiliser plus régulièrement. Gardez à l’esprit que l’achat d’un autre appareil peut vous ramener au point de départ.

3 Raisons de se débarrasser de son matériel photo inutilisé4

La deuxième raison pour laquelle vous devriez envisager de vous débarrasser d’une partie de votre matériel est de consolider votre équipement et de vous contraindre à moins d’alternatives. Je pense que de nombreux photographes ont constaté que lorsque leurs choix sont limités, leur créativité est plus grande.

En outre, limiter le nombre d’appareils et des objectifs vous contraint à utiliser chaque pièce plus souvent, ce qui signifie que vous finirez par connaître les tenants et aboutissants/forces et limites de chaque matériel. Cela se traduira par des sorties plus réussies.

Enfin, la vente de votre matériel inutilisé donne à d’autres photographes la possibilité de l’acheter à moindre coût. En d’autres termes, si vous disposez d’un bel objectif, d’un boîtier ou d’un équipement d’éclairage que vous n’utilisez pas suffisamment pour justifier sa conservation, il y a forcément un photographe quelque part qui recherche ce type d’équipement et qui apprécierait de pouvoir l’acheter à un prix inférieur à celui du neuf.

3 Raisons de se débarrasser de son matériel photo inutilisé3

Pour du matériel argentique, il existe une quatrième raison qui est peut-être la plus intéressante.

C’est la possibilité de faire du bénéfice sur la vente de votre matériel. De tout le matériel dont je me suis séparé récemment, seules deux pièces étaient suffisamment neuves pour que je puisse encore les trouver chez Amazon : le Sigma 35mm f/2 et le Tamron 45mm f/1.8 qui équipait ma F100.

Il se trouve également que ce sont les deux seules pièces sur lesquelles j’ai subi une perte.

Tout le reste était du matériel argentique et même après avoir possédé un appareil pendant seulement 6 mois (dans mon cas, je parle du Mamiya RZ67), il valait tellement plus que ce que j’avais payé que j’ai pu le vendre à un prix inférieur à celui de toutes les autres annonces concurrentes (pour des centaines d’euros de moins), payer les frais du vendeur et gagner quand même quelques centaines d’euros.

Il est difficile d’argumenter contre cela. A tel point que c’est la seule raison pour laquelle j’envisagerais de vendre mon Mamiya 645 Pro-TL. Pour le peu que j’ai payé il y a quelques années, il vaut facilement trois à quatre fois ce que j’ai investi.

Quelle est votre expérience ? Avez-vous accumulé une grande quantité de matériel au cours de votre carrière de photographe ? Vous êtes-vous séparé de votre matériel ou l’avez-vous vendu ? Qu’avez-vous ressenti lorsque vous vous en êtes séparé ?

Vous aimerez aussi ...