Ce site contient des liens d'affiliation pour lesquels nous pourrions être rémunérés.On vous explique tout ici.

Le Sony a7 III (ILCE-7M3) et le Sony a7R III (ILCE-7RM3) ont bien de choses en commun, mais ils ont également des différences qui les singularisent.

Dans ce comparatif, j’aimerai partager avec vous 12 différences clés entre le Sony a7 III et le Sony a7R III.  Lors de son lancement, Sony qualifiait le Sony a7 III de modèle plein format  » basique « , mais il est tout sauf basique.

Le Sony a7R III est sans aucun doute un excellent appareil photo, mais vaut-il vraiment 1200 euros de plus que le Sony a7 III ? Cet article va tenter de répondre à cette question.

Sony A7 III Sony A7R III

Capteur

24MP BSI-CMOS plein format
42MP BSI-CMOS plein format

Plage dynamique

14,7
14,7

performance ISO

3730

3523

Dimensions

127x96x74mm
127x96x74mm

Poids

650g
657g

prise de vue en continue 

10.0 fps
10.0 fps

Vidéo

3840×2160

3840×2160

Viseur

EVF
EVF

Résolution du viseur

2359k

3686k

Autonomie de la batterie

610 Shots
650 Shots

1. Capteur et processeur

Tout comme l’a7RIII, l’alpha a7III intègre un capteur CMOS Exmor R, mais contrairement à celui de l’a7R III qui bénéficie d’une définition de 42,4 Mpx Mpx, celui de l’a7III ne dispose que d’une définition de 24,2 Mpx.

Les deux capteurs sont couplés au processeur Bionz X, qui permet d’avoir une grande vitesse de lecture et une bonne capacité de traitement des données.

L’une des différences les plus importantes entre le capteur de l’a7 III et celui de l’a7R III est que l’a7R III ne comporte pas de filtre optique passe-bas.

Au cas où vous ne le sauriez pas, le filtre passe-bas aide à réduire les distorsions, mais ce faisant, il rend les images légèrement moins nettes. L’a7R III a été conçu pour ne pas nécessiter de filtre passe-bas, ce qui permet d’avoir des images plus nettes avec une résolution plus élevée.

Les deux appareils sont dotés d’un système de stabilisation d’image à 5 axes, mais l’A7R III est doté d’un système de 5,5 vitesses, contre 5 vitesses pour l’A7 III.

2. Plage dynamique et performance ISO

Les deux appareils photo disposent d’une sensibilité ISO légèrement différente. L’Alpha 7R III monte jusqu’à 102 400 ISO, mais avec une constance et une élégance qui forcent le respect. Sur le terrain, vous pouvez facilement vous retrouver à 12 800 ISO sans vous en rendre compte ni rien y trouver à redire.

L’optimisation du processeur confère à l’a7III une plage de sensibilité de 100 à 204 800 ISO. c’est à partir de 6 400, voire 12 800 ISO seulement que le lissage apparaît et que l’image commence à désaturer.

Les deux appareils sont capables de générer des données 16 bits pour une sortie RAW 14 bits, pour plus de précision lors de la post-production.

3. Le boîtier

D’extérieur, le Sony A7 III ressemble comme deux gouttes d’eau à son aîné l’A7R III. Que ce soit au niveau du capot ou du dos, il ressemble donc comme deux gouttes d’eau à l’A7R III. Seul le petit bouton de blocage des modes a été supprimé sur ce boîtier.

On retrouve aussi le joystick, le déclencheur vidéo judicieusement positionné à côté du viseur, les menus mieux organisés (mais toujours aussi denses) et le double logement pour cartes SD, dont l’un seulement est compatible avec les cartes mémoires UHS-II.

Cependant, les boîtiers ne sont pas complètement identiques. L’a7R III est équipé d’un boîtier en alliage de magnésium et grâce à de nombreux joints d’étanchéités, il est résistant à la poussière et aux éclaboussures. L’a7R III dispose également d’une prise synchro flash pour les flashes de studio et autres équipements d’éclairage externes.

Sony A7 III-Sony A7R III

L’a7 III pèse environ 650 g (avec batterie et carte SD), soit 7 grammes de moins que l’a7R III. Les deux boîtiers sont résistants à la poussière et à l’humidité, mais ils ne sont absolument pas étanches. Le point faible semble être la base de l’appareil photo, il faudra donc éviter de poser votre appareil photo sur une marre d’eau.

4. Le Système autofocus

L’A7 III profite du module AF 4D de l’A9 offrant 693 points de mise au point à détection de phase et 425 points de mise au point à détection de contraste avec une couverture de 93 % du champ.

L’a7R III possède un module autofocus à 399 points et ceux-ci ne couvrent que 68% du champ. Le nombre de points AF à détection de contraste reste le même pour les deux appareils, soit 425.

Les images suivantes comparent les zones AF entre les deux appareils. Les carrés verts montrent les points à détection de phase et la zone de couverture, tandis que les carrés bleus montrent les points à détection de contraste et la zone de couverture.

Sony-A7-III-Sony-A7R-III

Comme on peut le constater, le Sony a7 Mark III dispose d’un avantage certain sur l’a7R Mark III au niveau de l’AF à détection de phase. Cet avantage peut être utile pour suivre des sujets en mouvement rapides, comme des joueurs de football, des motos ou des oiseaux en vol.

L’a7 III et l’a7R III disposent tous deux d’un autofocus oculaire (eye AF), qui fonctionne également en mode de prise de vue continue. La sensibilité du suivi peut également être modifiée, ce qui permet soit de maintenir la mise au point sur votre sujet, soit de donner au suivi AF plus de liberté pour sauter sur d’autres sujets.

Sur l’a7R III, lorsque l’ouverture est supérieure à F8 en mode de prise de vue continue, la mise au point est verrouillée sur le réglage du premier cliché. Sur l’a7 III, vous pouvez photographier jusqu’à F11 inclus avant que la mise au point ne soit verrouillée sur les réglages de la première photo. Ce qui donne vraiment un avantage à l’a7 III lors de la prise de vue à des ouvertures plus élevées en mode continu.

5. Obturateur, prise de vue en continu et mémoire tampon

L’a7 III dispose désormais d’un obturateur électronique/silencieux, tout comme l’a7R III. Les deux appareils peuvent prendre 10 images par seconde avec l’obturateur électronique ou mécanique, mais si vous souhaitez une visualisation en mode liveview, vous êtes limité à 8 images par seconde.

La mémoire tampon de l’a7 Mark III prend en charge environ 177 images JPEG, 89 images RAW compressées ou 40 images RAW non compressées en une seule rafale. En comparaison, l’a7R Mark III peut prendre en charge 76 images JPEG, 76 images RAW compressées ou 28 images RAW non compressées en rafale.

Il n’est pas vraiment surprenant que la mémoire tampon prenne en charge moins d’images sur l’a7R III, car la taille des fichiers est presque le double de celle de l’a7 III en raison du capteur plus grand de 42,4 mégapixels.

6. Spécifications vidéo

L’a7III et l’a7RIII peuvent tous deux enregistrer des vidéos 4K à 30 images par seconde et 100 Mbps en utilisant la compression XAVC S. Cependant, il existe quelques différences importantes entre les deux appareils photo en matière de vidéo.

L’a7 III prend en charge l’enregistrement vidéo 4K 24p/25p sans recadrage du capteur, ce qui est obtenu en capturant en 6K puis en réduisant l’échantillonnage à 4k. En 30p, l’enregistrement est capturé à environ 5k, ce qui implique un léger recadrage de 1,2x.

Vous pouvez enregistrer des vidéos en 4k et en plein format avec l’a7R III, mais le bruit électronique commence alors à devenir de plus en plus visible avec la montée en ISO en raison de la résolution élevée du capteur, l’enregistrement en mode APS-C/Super 35 aidera à améliorer la qualité.

Les deux appareils embarquent de nombreuses fonctionnalités évoluées, dont un profil d’image HLG pour un flux HDR instantané ou encore la compatibilité S-Log3 S-Log2.

Les deux appareils prennent également en charge les fonctions de ralenti et d’accéléré (S&Q). Ce qui permet de choisir entre 1 et 120 images par seconde pour des clips au ralenti ou en accéléré.

7. Viseur / écran LCD

Le Sony a7 III dispose d’un viseur électronique OLED de 2,36 millions de points avec un taux de rafraîchissement de 60 images par seconde (comme son prédécesseur le a7 II), ce qui donne une image de 1024 x 768. L’a7R III l’emporte sur ce dernier en proposant un viseur OLED de 3,69 millions de points, avec une fréquence de rafraîchissement plus rapide de 100/120 images par seconde.

Les écrans LCD arrière des deux appareils photo sont dotés de commandes tactiles permettant de sélectionner; de déplacer votre collimateur et de zoomer. Vous pouvez également incliner l’écran vers le haut et vers le bas. Cependant, l’a7R III l’emporte sur l’a7III grâce à son écran LCD haute résolution (1 440 000 contre 921 000 points).

La résolution plus élevée du viseur et de l’écran LCD de l’a7R Mark III est très avantageuse lors de l’utilisation de l’agrandissement de la mise au point ou de la fonction zoom à image claire (zoom numérique).

8. Pixel Shift Multi Shooting

Contrairement à l’A7R III, l’A7III est dépourvu du mode « Pixel Shift Multi Shooting » qui propose de capturer en RAW quatre images légèrement décalées afin de générer une image à la résolution accrue.  

Cette fonction permet de multiplier par 4 la résolution de vos images. L’appareil prend 4 photos et décale le capteur d’un pixel entre chaque prise.

Vous combinez ensuite ces images à l’aide de la suite logicielle Imaging Edge de Sony (l’appareil photo lui-même ne le fait pas) et vous obtenez une image dont la résolution est quatre fois supérieure à celle d’une image brute normale (4 x 42 mégapixels).

On obtient toujours des images de 42 mégapixels, mais ils contiennent beaucoup plus de détails, notamment lorsque vous effectuez un zoom avant de 100 %.

Sony-A7-III-Sony-A7R-III

Le principal avantage du Pixel Shift offre une précision accrue des couleurs et un meilleur piqué, mais uniquement si votre sujet est parfaitement immobile et que votre appareil photo est sur un trépied très solide, car le moindre mouvement rendra les images inutilisables.

La photographie de produits, la photographie d’architecture et la macrophotographie sont des domaines dans lesquels le décalage de pixels est vraiment utile. Ce n’est pas vraiment le cas en photographie de paysages , car il est plus probable qu’il y ait des éléments en mouvement comme des nuages, de l’eau qui coule ou le vent qui souffle, etc.

9. Autonomie de la batterie et chargeur

Comme l’A7R III, l’A7 III est alimenté par la batterie très endurante NP-FZ1000 de 2 280 mAh inauguré par l’A9. L’autonomie annoncée par Sony est de 710 photos avec l’écran LCD, et 610 avec le viseur.

Il est toutefois important de noter qu’en conditions réelles, vous pouvez prendre beaucoup plus de photos avec une seule charge. J’ai pris bien plus de 1000 photos avec l’a7R III avant d’avoir à changer la batterie. Le froid réduit également l’autonomie de la batterie beaucoup plus rapidement.

Les deux appareils photo peuvent être rechargés par USB, et l’a7R III comprend également le chargeur de batterie Sony BC-QZ1. Malheureusement, le Sony a7 III n’est pas livré avec le chargeur, ce qui ne laisse que l’option du chargement par USB. La charge de la batterie NP-FZ100 via USB prend environ 5 heures, contre 2,5 heures avec le chargeur BC-QZ1.

10. Port de synchronisation du flash

Les deux appareils photo ont des ports identiques, mais l’a7R III dispose également d’un port pour synchronisation de flash supplémentaire pour les flashes de studio et autres équipements d’éclairage externes.

Sony-A7-III-Sony-A7R-III

11. Mode APS-C / Super 35

Les deux appareils photo disposent d’un mode APS-C / Super 35. Ce mode permet de prendre des photos avec des objectifs plein format avec un facteur de recadrage de 1,5, ou de fixer un objectif APS-C.

Si vous fixez un objectif APS-C sans utiliser le mode APS-C, vous remarquerez des barres noires de chaque côté de votre image, car un objectif APS-C ne couvre pas complètement le capteur 35 mm.

Bien que les deux appareils photo proposent cette option, lorsque vous l’activez sur le Sony a7 III, la taille maximale de votre image est de 10 mégapixels (3936 × 2624). Toutefois, en raison d’un capteur plus grand de 42 mégapixels pour l’a7R III, lorsque vous activez le mode APS-C sur cet appareil, la taille maximale de l’image est de 18 mégapixels (5168 × 3448).

Personnellement, à moins d’utiliser un objectif APS-C, je préférerais recadrer en post-production plutôt que d’utiliser le mode APS-C sur l’un ou l’autre appareil.

12. Prix

Les différences entre les deux appareils ne sont peut-être pas énormes, mais le prix l’est. Actuellement, l’a7 III coûte entre 1 998 € ou 1 999 € pour le boîtier seul, et l’a7R III coûte entre 3 198 € et 3199 €. Alors, l’a7R III vaut-il vraiment 1200 € de plus que le a7 III ? Je pense que tout dépend de la mesure dans laquelle vous avez besoin de ce capteur de 42 mégapixels.

Conclusion

Au-delà de ces 12 différence, la véritable différence entre ces deux grands appareils est sans aucun doute la résolution des capteurs. Même si le Sony a7 III n’offre pas la même résolution, 42 mégapixels, que l’a7R III, il faut savoir que tous les photographes n’ont pas besoin de 42,4 mégapixels. Même pour les photos de paysages, 24,2 mégapixels sont plus que suffisants pour la plupart des gens.

Si vous recherchez un excellent appareil photo polyvalent et que vous n’avez pas besoin de 42,4 mégapixels, je vous recommande d’opter pour l’a7 III. De même, si vous prenez beaucoup de photos de sports et d’action, le système autofocus est plus rapide, la mémoire tampon plus importante et le nombre accru de collimateurs à détection de phase vous seront bien plus utiles que la définition supérieure de l’a7R III.

Mais si vous aimez l’observation des pixels et que vous avez vraiment besoin des images les plus nettes possibles pour vos paysages, votre architecture ou vos portraits, alors vous savez probablement déjà que l’a7R III sera le meilleur appareil photo pour vos besoins.

Vous avez déjà pris votre décision ? Nous aimerions savoir quel appareil vous avez choisi et pourquoi dans les commentaires ci-dessous.

Vous aimerez aussi ...