Lorsqu’il s’agit de trépied, les appareils photo hybrides ont des exigences différentes de celles des reflex numériques, avec les premiers, on peut se contenter d’un trépied léger.

Malheureusement, la myriade de fabricants et la multitude de publicités mensongères ne rendent pas les choses faciles.

Personnellement, J’en n’ai utilisé quelques-uns ; mais j’ai également été témoin, lors de mes ateliers, de la frustration ou de la joie que certains photographes pouvaient éprouver avec leurs trépieds. J’ai décidé de rédiger cet article en vue de partager ma petite expérience avec vous.

Choisir un trépied

Il existe une énorme différence entre un appareil photo équipé d’une fonction d’obturateur à rideau avant électronique et celui doté d’un obturateur purement mécanique.

Qu’est-ce que la fonction d’obturateur à rideau avant électronique ? Imaginez une présentation théâtrale : au début, le rideau s’ouvre et à la fin, il se referme.

Avec les capteurs numériques, il est possible de faire cela de manière purement électronique : le logiciel dit au capteur « maintenant l’exposition commence » (premier rideau) et « maintenant elle se termine » (deuxième rideau).

L’obturateur mécanique est susceptible d’entraîner des vibrations dû au glissement du rideau avant. Le rideau d’obturateur arrière ne posant aucun problème étant donné que la lumière aura déjà été collectée.

Tous les appareils photo de la série A7, à l’exception de l’A7r de première génération, sont équipés de la fonction d’obturateur à rideau avant électronique (qui est également activé par défaut).

Dans la suite, nous supposerons que vous utilisez un appareil photo équipé d’un obturateur électronique, ce qui sous-entend qu’on aura pas besoin d’un trépied plus stable que lorsque ce n’est pas le cas.

Notre attention sera portée essentiellement sur les trépieds et sur les rotules capables de supporter des objectifs allant jusqu’à 200 mm car c’est le domaine dans lequel je peux me fier à ma propre expérience.

Avec des objectifs plus lourds, les avantages liés aux appareils photo hybrides commencent à diminuer et l’objectif déterminera absolument le choix du trépied.

Leçon 1 : Ne pas se fier aux affirmations publicitaires

La chose la plus importante est la suivante : la capacité de charge maximale que presque tous les fabricants donnent pour leurs trépieds n’a absolument aucun sens.

Il n’y a pas de norme pour la mesurer, de nombreux fabricants vous donnent simplement la charge de rupture alors que quelques-uns plus honnêtes vous donneront la charge maximale avec laquelle vous pouvez travailler confortablement (quoi que cela signifie). Vous ne pouvez tout simplement pas comparer ces valeurs entre les différents fabricants.

Ce qui est vraiment important dans le choix du trépied, c’est la longueur focale maximale que vous comptez utiliser. Il n’y a que deux fabricants que je connais (Gitzo et RRS) qui vous diront quelle (classe) de trépied est adapté à une longueur focale maximale donnée.

Quel poids êtes-vous prêt à transporter ?

C’est la première question que vous devez vous poser. Si le meilleur trépied que vous avez est celui que vous avez à la maison parce qu’il est trop grand et trop lourd à transporter, il est complètement inutile.

Vous devez également réfléchir à la manière dont vous souhaitez le transporter. Les sacs dédiés aux trépieds sont confortables à première vue, mais il est préférable d’éviter d’avoir à se frayer un chemin dans une ville bondée muni de deux sacs (je parle ici de ma propre expérience).

De nombreux sacs à bandoulière n’offrent que des options très médiocres pour transporter un trépied. Vous devez sortir le trépied du sac pour accéder à l’appareil photo ? Mauvaise idée. Vous devez sortir le trépied du sac chaque fois que vous voulez changer d’objectif ? Mauvaise idée.

Je me sens plus à l’aise avec un trépied léger attaché sur le côté de mon sac à dos ou avec un trépied plus petit qui peut entrer dans un sac à bandoulière (ou mon sac à dos)

Leçon 2 : Vous en avez pour votre argent

Faire l’impasse sur un trépied est la pire chose que vous puissiez faire avec votre argent. Un bon trépied survivra à votre appareil photo et même à vos objectifs s’il est manipulé avec soin. J’entends souvent dire « Je n’ai pas besoin d’un trépied coûteux parce que je ne l’utilise que très rarement ».

Oui, bien sûr, mais comme l’utilisation d’un trépied de pacotille est très pénible, vous l’utiliserez encore moins souvent que vous ne le pensiez et finirez par ne plus l’utiliser du tout, ce qui se traduira par des photos de nuit floues prises à main levée comme celles que je vois très souvent sur Flickr.

Il faut faire une différence entre le prix et la valeur : Je pourrais acheter un trépied Gitzo d’occasion aujourd’hui pour 400€ et le revendre dans 5 ans pour 350€. Je pourrais, tout aussi bien, acheter un « trépied professionnel générique en fibre de carbone » pour 100€ qui n’est ni stable ni agréable à utiliser et essayer de le vendre dans 5 ans.

La société existera-t-elle encore ? Y a-t-il des pièces de rechange disponibles ? Est-ce que quelqu’un se souvient de Triopo qui était « populaire » il y a de cela 5 ans ?  Quelqu’un sera-t-il prêt à vous en donner ne serait-ce que 50€ ?

Leçon 3 : Tout ce qui brille n'est pas or

Malheureusement, même les marques les plus populaires produisent souvent des trépieds de pacotille pour la consommation de masse. Il est donc difficile, de façon générale, de recommander des fabricants en particulier, mais vous pouvez jeter un coup d’œil sur ce que les fabricants suivants ont à offrir :

Gitzo (pas de camelote du tout)

Reallyrightstuff (pas de camelote du tout)

Feisol (pas de camelote du tout)

Manfrotto (des produits bon marché)

Velbon (également des produits bon marché, Geo, Sherpa, UT, Ultra, Ultra TR valent le coup d’oeil)

Novoflex (vaut un coup d’oeil)

Choisir une rotule

Dans ce guide nous nous intéresserons plus particulièrement aux rotules balls parce que je les trouve beaucoup plus polyvalente. On ne traitera pas non plus des têtes de trépied pour super téléobjectif ou macro, ces disciplines ont leurs propres exigences.

Ce qui m’intéresse, c’est la qualité de construction, l’absence de dérive lors du verrouillage de la tête et pas d’affaissement lorsque la caméra est verrouillée pendant une longue période.  

Je suis également devenu un grand fan des têtes sphériques qui ne sont pas tout-à-fait rondes mais ont plutôt une forme elliptique.

L’avantage est que plus vous inclinez la caméra, plus la résistance de la tête augmente, ce qui contrebalance le moment d’excentricité dû au fait que la charge ne soit pas directement au-dessus de la rotule.

Ça peut sembler un peu technique, mais pour faire court : après avoir utilisé une fois une rotule à tête sphérique, je n’ai plus jamais voulu autre chose.

Leçon 4 : ce n’est pas parce que c’est petit que c’est moins cher

Une rotule d’un diamètre plus important, permettant de supporter un poids plus conséquent comme le travail au grand format, à la longue focale ou à la chambre 8×10 par exemple, sera toujours plus stable qu’une rotule plus petite, toutes choses égales par ailleurs.

Un autre problème est qu’en réduisant la taille d’une rotule et en gardant les même fonctionnalités (fonction panoramique, bouton de friction dédié, etc.), le prix ne diminue pas de manière substantielle.

Il suffit de jeter un coup d’œil au Novoflex CB3-II et à son petit frère le Novoflex CB2 pour comprendre de quoi je parle (les deux sont de très bonnes rotules, soit dit en passant).

C’est peut-être aussi la raison pour laquelle certains fabricants de renom ne prennent même pas la peine de proposer des rotules plus petites (je pense ici à Arca Swiss et Markins).

Néanmoins, j’ai essayé quelques rotules qui méritent d’être mentionnées :

C’est l’un des meilleurs équipements que j’ai eu l’occasion d’acheter. un dispositif de pivotement panoramique placé au-dessus des deux axes, permet une rotation complète de 360 ​​°, sans réglage supplémentaire de l’appareil, la manipulation est superbe avec une poignée de verrouillage que vous ne pouvez pas manquer, il est plutôt léger à ~305g (sans un système d’attache rapide) et a une tête sphérique relativement grande.

Vous ne risquez pas de vous tromper avec cette tête de trépied pour objectif allant jusqu’à 200 mm (même les plus lourds), mais c’est aussi la tête la plus grande et la plus lourde de ce comparatif, et l’une des plus chère. Néanmoins : chaudement recommandé.

Lorsque je l’ai vue pour la première fois, mes attentes n’étaient pas très élevées, mais elle s’est avérée être d’une qualité exceptionnelle avec un poids exceptionnellement bas (124g sans le système d’attache rapide). Il n’y a qu’une seule grande vis papillon mais il est facilement possible de contrôler la friction avec elle avant de verrouiller la boule. Recommandé pour les objectifs jusqu’à 90mm.

Comme le P0, ce modèle intègre également une tête sphérique et, pour l’instant, c’est mon préféré pour mes appareils photo Sony, car il est assez petit et très léger (163 g) et convient donc parfaitement à tous les trépieds de voyage à jambes repliables.

Vous pouvez contrôler la friction avec le grand bouton à vis avant de verrouiller la boule sur celui-ci et cela fonctionne très bien. Recommandé pour les objectifs jusqu’à 135mm.

Ce que je n'ai pas encore tester

J’ai entendu dire que les petites têtes RRS sont également de très bonnes facture, mais elles coûtent très chères, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles je n’ai pas encore eu l’occasion de les tester.

Je n’ai pas encore utilisé l’une des têtes Markins, mais pour l’instant elles sont toutes trop grandes pour mes besoins.

Je ne sais pas encore ce que je dois penser des produits Sirui. Certaines personnes en parlent avec enthousiasme, d’autres se plaignent de la variation des échantillons. Les prix ont augmenté récemment et je pense qu’ils sont maintenant assez ambitieux.

Des éléments tels l’approvisionnement en pièces détachées sont toujours un gros point d’interrogation pour moi, donc pour l’instant je ne suis pas vraiment intéressé par leurs produits.

Leçon 5 : Vous ne pouvez pas vous permettre d'acheter bon marché

J’ai utilisé – et vu des gens utiliser – des têtes de trépied bas de gamme « sans nom » et/ou génériques qui viennent avec toutes sortes de noms de « marque », je ne gaspillerais jamais mon argent pour ce genre de produits.

Ils ont souvent une qualité de construction douteuse, comme des poignées en caoutchouc, des vis qui se détachent, une dérive importante lors du verrouillage de la plaque, sont inutilisables avec des gants, deviennent rigides quand il fait froid, et la liste est longue…

Soyez malin, ne gaspillez pas votre argent dans de la camelote. Vous en avez pour votre argent, ceci est particulièrement vrai pour les trépieds et les rotules.

Systèmes d'attache rapide

Vous devez absolument penser à vous équiper d’un système d’attache rapide et par  » système », j’entends un système compatible avec Arca Swiss, qui est devenu pratiquement la norme aujourd’hui. Vous demandez pourquoi ?

Vous voulez des supports en L spécifiques à votre appareil (ce que je vous recommande) : uniquement disponibles pour Arca Swiss.

Vous voulez remplacer le pied de votre téléobjectif par quelque chose de plus stable et compatible avec votre système d’attache rapide : disponible uniquement chez Arca Swiss.

Vous voulez de petites plaques pour votre compact et utiliser le même système pour votre objectif 800mm ? Uniquement possible avec Arca Swiss.

Le problème ici est que la norme n’est pas vraiment une norme. Bien que de nombreux fabricants l’utilisent (RRS, Novoflex, Markins, Gitzo (parfois), Manfrotto (parfois), Sirui, Sunwayfoto, Kirk, Benro, Mengs, Neewer et bien d’autres), toutes les plaques ne sont pas compatibles avec toutes les pinces.

Je recommande les colliers de serrage à dégagement rapide avec un bouton à vis car ils ont beaucoup moins de problèmes de compatibilité que ceux avec clapet.

Kits recommandés

Il existe de nombreuses combinaisons de trépieds, de rotules et de systèmes de fixation rapide qui peuvent ou non vous convenir.

Je ne pourrais jamais toutes les parcourir, je veux donc vous montrer quelques kits qui ont fonctionné pour moi ou pour certains de mes amis les plus proches.

J’ai une expérience personnelle avec tous ces kits, sinon je ne les recommanderais pas. Ils sont tous compatibles avec Arca Swiss.

Celui-ci est mon préféré lors de mes déplacements en ville, c’est un trépied qui se glisse facilement dans un sac à dos et même dans certains sacs à bandoulière.

J’ai horreur de me balader en ville avec un gros trépied sur mon sac à dos, gêner les autres et avoir l’air d’un photographe indigène. D’un autre côté, je n’aime pas prendre des photos de paysages urbains sans trépied et c’est là que ce Velbon entre en jeu.

L’inconvénient est que ce n’est pas le trépied le plus stable qui existe (je recommande d’écarter un peu les jambes pour plus de stabilité), en outre, il ne peut pas être démonté pour être nettoyé, donc je ne l’utiliserais pas dans l’eau (de mer) et surtout pas sur du sable.

Vous pouvez vous débarrasser des inconvénients liés au Velbon mentionné ci-dessus, mais cela se fera au prix d’une taille repliée beaucoup plus importante.

On peut facilement le démonter pour nettoyage et vous pouvez simplement commander des pièces de rechange sur manfrottospares.com.

Si le poids n’est pas votre préoccupation principale, vous pouvez vous contenter de la version en aluminium qui est 345g plus lourde mais aussi ~100 dollars moins chère. Les deux versions sont utilisables pour des objectifs allant jusqu’à 135mm.

En termes de qualité de fabrication mais aussi de stabilité, ce sont les meilleurs trépieds de voyage que l’on puisse acheter.

Le GT1545T est la version la plus récente avec un nouveau système de verrouillage des jambes qui est un peu plus courts que les anciens, ce qui augmente la hauteur maximale.

Personnellement, je préfère le précédent système de verrouillage, c’est pourquoi j’ai inclus le GT1544Tdans cette liste, car vous pourriez faire une bonne affaire maintenant.

Comme tête, j’ai choisi la Sunwayfoto FB28i-DDH qui est la plus petite tête que je connaisse qui est aussi équipée de la plus petite plaque panoramique (Ø 50mm) que je connaisse, elle tient même entre les jambes quand elle est pliée.

Vous aimerez aussi...