Ce site contient des liens d'affiliation pour lesquels nous pourrions être rémunérés.On vous explique tout ici.

Avec le numérique, les virages ne sont plus l’apanage du noir et blanc. Il y a plusieurs techniques pour donner des dominantes colorées aux tons clairs ou foncés d’une photo.

Cet article nous les révèle et nous donnes quelques exemples qui montrent que la technique du virage n’est pas là simplement pour faire des effets faciles. Il s’agit d’un outil puissant de retouches chromatiques, souvent méconnu.

La technique du virage est aussi ancienne que la photographie. Son principe est de faire subir à l’image un bain complémentaire afin de lui donner une dominante colorée. Si la classique teinte sépia était obtenue dans les premiers temps par de simples pigments, le virage véritable va venir remplacer une partie de l’argent de l’épreuve par un autre métal.

Outre la variation de couleur, certaines solutions métalliques vont améliorer la stabilité de la photo dans le temps, comme par exemple les virages au platine, au sélénium ou à l’or.

Les tonalités obtenues varient au gré des chimies utilisées : brun-rouge pour le sélénium et le sulfate de cuivre, pourpre pour l’or, bleu pour le fer. Les photochimistes les plus talentueux parviennent à combiner deux virages sur une même image, en baignant à deux reprises une épreuve.

Les zones claires étant colorées les premières, on interrompt le premier bain avant que toute l’image soit colorée, pour compléter le virage dans le second.

Les tons clairs sont ainsi dans des tonalités différentes des tons plus foncés. C’est ce qu’on appelle un virage deux tons (split-toning en anglais). Si tout ceci fonctionne bien à partir d’épreuves noir et blanc, ce n’est pas le cas pour les tirages de couleur.

La mutation chimique d’une photo couleur va se placer au niveau du développement du film plutôt qu’à celui du tirage, avec la technique moins sophistiquée du traitement croisé.

LIRE  Comment utiliser le noir et blanc pour créer de la profondeur en photographie couleur

En développant une pellicule diapositive dans une chimie pour négatifs, ou l’inverse, les couleurs vont muter, sans que l’on ait la palette de possibilités offerte par les virages noir et blanc.

L’intérêt pour l’esthétique des virages n’a pas faibli avec l’arrivée du numérique, bien au contraire, car les limites de la palette chimique ont volé en éclat. Ce qui m’intéresse, et qui est une nouveauté esthétique, est de pouvoir se servir de l’approche des virages deux tons en l’appliquant à des images en couleur.

Les traitements croisées ont des effets violents, en général trop marqués  et identifiables, alors que ces traitements de virage peuvent être maniés avec plus de subtilité. Le principe est qu’on va appliquer un virage coloré sur les tons clairs de l’image, et une autre couleur sur les tons foncés.

Le contraste lumineux de l’image va se trouver renforcé par ce contraste de couleurs. On a le choix de l’appliquer très finement pour qu’il paraisse naturel, ou être plus radical en s’éloignant des couleurs réalistes. La palette de possibilités est large.

Comment faire avec lightroom ?

les virages deux tons

C’est dans lightroom que le ce virage deux tons est le plus facile. Un onglet dans le panneau droit de développement lui est dédié, intitulé virage partiel. Il permet de choisir une couleur pour les tons clairs et une autre pour les tons foncés.

Chacune de ces couleurs est définie par sa teinte et sa saturation. Un curseur central permet de régler la frontière entre les tons clairs et les tons foncés. Ayez soin d’ajuster les réglages pour partir sur une photo correctement développée.

Sur le choix le choix des couleurs, tout est permis, l’expérimentation est facile. il est préférable de commencer par les tons clairs, puis de choisir la couleur des tons foncés.

Ensuite, ajustez la balance pour équilibrer les couleurs. En cas de doute, vous pouvez monter la saturation d’une des couleurs pour vérifier sur quelle zone elle porte.

LIRE  10 Astuces pour prendre des photos de zoo dignes d'un safari

Une fois le bon équilibre trouvé, revenez dans les réglages de base pour éventuellement ajuster le contraste et la tonalité.

Comment faire avec capture on pro ?

Screen Shot 2016 04 07 at 3.03.26 PM

Capture one est un logiciel de choix quand on recherche les réglages fins des couleurs. On peut obtenir de très beaux effets de virages, avec un contrôle plus poussé qu’avec lightroom, mais c’est au prix d’une manipulation plus complexe.

Il faut intervenir sur les trois couches Rouge Vert Bleu dans l’onglet exposition. Chaque histogramme peut être décalé pour régler les dominantes des clairs, foncé ou moyens. Par exemple, ici sur l’histogramme des bleus, j’ai mis plus de bleu dans les tons foncés (sur le côté gauche en bougeant le curseur du haut vers la droite) et moins dans les tons clairs (sur le côté droit en bougeant le curseur vers la gauche).

Moins de bleu signifie plus de jaune car les couleurs RVB fonctionnent sur les trois axes bleu-jaune, vert-magenta, rouge-cyan. Un peu déroutant au début, mais on se fait à cette gymnastique.

Comment faire photoshop et les filtres couleur

photoshop2

Dans Photoshop, on va jouer des calques en s’appuyant sur leurs options de fusion. Tout effet d’un calque sur les calques inférieurs peut ne s’appliquer que sur une partie des tons de ceux-ci. Le réglage se passe dans le panneau style de calque > Options de fusion.

En décalant les curseurs tout en bas, par exemple le curseur noir vers la gauche, la fusion ne se fera que sur les tons clairs et pas sur les tons sombres. Si le calque est une couleur, la coloration n’aura donc lieu que sur les tons clairs. Les curseurs noir et blanc peuvent se séparer en deux (appuyer sur alt. pour les dissocier) pour une transition progressive.

LIRE  Les Filtres Dégradés : ce qu'il faut savoir?

 Pour notre virage deux tons, on crée deux calques de couleur, en mode de fusion couleur, l’un visant les tons clairs, ‘autre les tons foncés. On ajuste ensuite l’opacité de ces calques pour modérer leur effet. L’astuce est de dupliquer l’image de base pour la mettre en haut de la pile, puis d’ajuster sa transparence (par exemple 20 à 30 %

Comment faire avec Photoshop et les dégradés ?

maxresdefault

Le réglage courbe de transfert de dégradé fait coïncider la plage de niveaux de gris équivalente d’une image avec les couleurs d’un fond en dégradé donné.

Si vous choisissez un fond en dégradé bicolore, les tons foncés de l’image sont mis en correspondance avec une extrémité du dégradé, les tons clairs avec l’autre extrémité et les tons moyens, avec les graduations entre les deux extrémités.

Choisissez calque > nouveau calque de réglage > Courbe de transfert de dégradé. Cliquez sur OK dans la boîte de dialogue Nouveau calque

Dans le panneau de réglages, choisissez un dégradé à utiliser dans le menu déroulant ; peu importe lequel car vous le modifierez certainement. Pour ce faire, cliquez dessus, choisissez les couleurs à chaque extrémité, éventuellement avec des étapes intermédiaires.

Les tons foncés, moyens et clairs de l’image sont respectivement mis en correspondance avec les couleurs de début (gauche), du milieu et de fin (droite).

Il y a des chances que l’effet soit psychédélique, mais une fois ce calque de réglage passé en mode de fusion produit, l’image reviendra plus comestible. Ajustez son opacité (40 à 50 %), puis revenez aux couleurs du dégradé si les couleurs de départ ne conviennent pas.

Vous aimerez aussi ...