Dans ce billet ; J’aimerai partager avec vous l’expérience que j’ai acquise dans ma quête du meilleur objectif grand angle pour appareil photo hybride Fujifilm en monture X.

Cette quête a été plus longue que je ne l’avais imaginé  au départ. Elle n’a pas du tout été simple. Mais au cours de ce processus, j’ai pu plonger en profondeur et acquérir de l’expérience avec les objectifs ultra grand-angle les plus courants, qu’ils soient fabriqués par Fuji pour la gamme Fuji X ou par des tiers.

Je pense donc aujourd’hui, avoir une bonne connaissance des forces et des faiblesses des objectifs qui entrent dans cette catégorie.

Lorsque nous parlons d’ultra-grand angle, nous parlons bien sûr d’objectifs équivalent 24 mm en plein format ou plus. Et ce dont nous ne parlons pas, c’est du fisheye. En fait, il s’agit de l’objectif le plus grand angle que l’on puisse utiliser sur un boîtier fujifilm en monture X sans introduire trop de distorsion.

Je sais que beaucoup d’entre vous ne photographient pas de la même manière que moi, donc avant de vous donner mes solutions grandes angle préférées, j’aimerai vous faire quelques recommandations, en fonction de ce qui est important pour vous et de votre budget.

fujinon-8-16mmi-fujifilm

Fujinon 8-16mm f2.8

Commençons par ceux d’entre vous qui recherchent la meilleure qualité d’image, pour qui le budget n’est pas un problème, qui ne sont pas concernés par la taille/le poids, qui ne sont pas préoccupés par la mise au point rapprochée, et qui ne sont pas des photographes de paysage, des vidéastes, ou qui pourraient avoir l’occasion de monter des filtres.

Ça fait beaucoup de conditions et je pense en fait que cette recommandation s’applique à un groupe démographique assez restreint parmi les photographes Fuji, à savoir principalement les photographes de mariage ou de documentaire. Et, bien sûr, l’objectif dont nous parlons est le Fujinon 8-16mm 2.8.

Cet objectif est une bête, il coûte cher, il peut encaisser des coups, il offre une très bonne qualité d’image, mais il a des limites. Ce n’est pas l’idéal si vous désirez faire des photos de paysage par ce que l’objectif présente des courbures extérieures qui rendent difficiles l’installation de filtres.

Et même s’il était parfait pour ces situations, il est tellement gros que je ne sais pas si je voudrais le transporter, personnellement. Mais à part ça, ce que je n’aime pas dans cet objectif, du point de vue du photographe documentariste, c’est qu’il n’effectue pas la mise au point rapprochée. Mais nous y reviendrons.

Pour ceux d’entre vous, dont le budget est moins important, qui sont friands de paysages ou de vidéos et qui pourraient avoir besoin de filtres à l’occasion…

Pour ceux d’entre vous qui aiment la flexibilité d’un zoom, mais dans un fût plus petit, et pour ceux qui aiment l’idée de stabilisation optique de l’image, cet objectif est pour vous.

Mais ne laissez pas le f4 vous effrayer outre mesure. Michael the Maven a effectué des tests de luminosité et a constaté que cet objectif permettait d’obtenir presque la même quantité de lumière que l’objectif 8-16 mm 2.8.

Cet objectif est vraiment l’objectif parfait pour les photographes de paysage, car il offre un équilibre entre une taille et un poids réduits et une grande qualité d’image et de flexibilité.

D’un autre côté, j’ai eu du mal avec cet objectif principalement à cause, vous l’avez deviné, de l’absence de mise au point rapprochée. Mais là encore, nous y reviendrons.

Si vous êtes comme moi, vous avez une préférence pour les objectifs Fuji plutôt que pour les zooms. En ce qui me concerne, cela s’étend même aux scènes de paysage.

J’en suis venu à faire confiance à des objectifs comme le 16 mm 1.4. Je l’ai tellement utilisé qu’il est devenu un ami ou un partenaire de confiance, même si ça peut paraître ringard.

Entre autres, j’aime le fait que lorsque je mets cet objectif et que je rapproche l’appareil de mon œil, je sais exactement ce que je vais voir dans la scène devant moi.

J’ai appris qu’une longueur focale de 24 mm est généralement celle qui convient à la plupart des situations, du documentaire au paysage. Par contre, lorsque j’ai un zoom, je suis tenté de zoomer, car il est beaucoup plus facile d’atteindre un sujet. Mais je suis souvent déçu par les résultats lorsqu’ils n’ont pas cette sensation d’ultra grand angle.

C’est pourquoi, pour moi comme pour beaucoup d’entre vous, les objectifs à focale fixe ont une grande résonance. Il n’est pas difficile pour moi de recommander l’un ou l’autre de ces objectifs Fuji 16 mm.

Tous deux vous permettent d’obtenir l’extrémité modeste de l' »ultra » grand angle. Ils sont tous deux assez petits, en fonction de ce que vous devez faire, bien que le 2,8 soit évidemment le gagnant ici.

Les deux sont résistants aux intempéries. Et les deux font une mise au point précise, le 16 mm 1,4 étant légèrement meilleur que le 2,8. Pour les utilisateurs de focale fixe qui veulent photographier en grand angle, c’est une évidence.

En fonction de votre budget, je peux facilement vous recommander l’un de ces deux objectifs. Mais malheureusement, il y a des moments où le 16 mm n’est pas tout à fait à la hauteur. je l’ai souvent ressenti.

C’est là que nous nous orientons vers certaines alternatives. Le 14 mm 2.8 est un excellent objectif Fuji. C’est un objectif Fuji un peu ancien, mais à mon avis, le premier objectif que Fuji a créé avec une superbe optique.

Le problème avec cet objectif, c’est qu’il ne se différencie pas assez du 16mm. Il est plus grand angle, mais pas assez. Mais le plus gros problème est celui que j’avais avec les zooms ultra grand-angle. L’absence de mise au point rapprochée, que je démontrerai à nouveau dans un instant.

Mais à ce stade, nous avons épuisé les options ultra grand-angle de Fuji. Ce sont les quatre ultra-grand et je ne sais même pas s’il y en a d’autres sur la feuille de route de Fuji.

Découragé, je me suis donc tourné vers des solutions tierces. Pour ceux qui m’ont suivi dans cette aventure, vous savez que j’ai ensuite acheté deux objectifs à mise au point manuelle d’une autre marque, ceux de Venus Optics, le Laowa 9mm 2.8 et le Rokinon 12mm 2.8. Et ces objectifs sont très bien, en fait, beaucoup de gens ne jurent que par eux.

Nous arrivons enfin à mon dernier choix. C’est à contrecœur que j’ai vidé mon portefeuille pour acheter ce  Zeiss Touit 12 mm 2,8, dont le prix est excessif.

Mais avec son rapport de grossissement de 1:7,5, son piqué, son autofocus fiable et son rendu des couleurs et des contrastes extrêmement agréable, même à grande ouverture, je pense que c’est actuellement le meilleur compagnon ultra grand angle des objectifs Fuji 16 mm dont nous disposons en tant que photographes Fuji X sur le marché. Et je ne regrette pas cet achat.

Est-ce un objectif parfait ? Non. Ce que j’aime le moins chez cet objectif, c’est la bague d’ouverture, que Zeiss n’a pas l’habitude d’inclure sur ses objectifs et qui ressemble à une décision après coup.

Il est beaucoup trop facile de la cogner et de la modifier accidentellement, et j’aurais honnêtement souhaité qu’ils la laissent de côté s’ils n’avaient pas l’intention d’être fiers de sa fabrication, surtout dans cette gamme de prix. Ce n’est pas du tout du haut de gamme.

Mais bien que son prix soit excessif, cet objectif fait le travail. Et même si c’est un vieil objectif, il comble un vide que personne d’autre n’a réussi à combler jusqu’à présent.

Vous aimerez aussi ...